Cet article d'analyse a été conçu pour être consulté depuis ordinateur. Une lecture depuis mobile n'est pas encouragée.


Cet article n'est pas rédigé par un historien de l'art.

Guillemet.png
You are right all the paintings were based on original works that then were altered to have a more wizardry feel.
— Rohan Harris

Le 24 novembre 2019, Rohan Harris, un artiste ayant travaillé pour la saga cinématographique Harry Potter, confirme que « toutes les peintures [présentes dans la saga] étaient basées sur des œuvres originales qui ont ensuite été modifiées pour avoir une atmosphère plus magique. »[1] Une question légitime se présente alors à nous : quelles sont ces inspirations ?

Introduction

Le département artistique d'une production cinématographique est rarement mis en avant. Cependant, la saga Harry Potter fait le nécessaire pour faire honneur à ces acteurs de l'ombre. Bien sûr, des membres de ce département sont mondialement connus comme les graphistes Eduardo Lima et Miraphora Mina, créateurs de MinaLima Design, mais d'autres restent à l'écart des feux des projecteurs. Le Wizarding World les pousse cependant en avant lors de plusieurs occasions notamment lors d'expositions ou dans des livres dérivés. Les artistes dont nous allons parler aujourd'hui sont des acteurs du monde magique dont vous n'avez probablement jamais entendu parler. Gill Andrae-Reid, Sally Dray, Barnaby Gorton, Rohan Harris, Thomasina Smith, Matt Walker, Steve Mitchell, tant de noms oubliés ou jamais connus. Le Wizarding World les a déjà mis à l'honneur dans un livre dérivé The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets ou dans des expositions temporaires au Making of Harry Potter avec l'évènement Introducing the art departement qui a eu lieu du 14 au 24 février 2020. Toutes ces personnes ont contribué à rendre notre immersion dans le monde magique de Poudlard bien plus convaincante. Pour prendre une comparaison littéraire, ils assurent l'« effet de réel » décrit par Roland Barthes. Les nombreux tableaux, tapisseries, sculptures ou autres œuvres d'art créés pour la saga cinématographique ou vidéoludique ne semblent pas apporter, dans la plupart des cas, une fonction narrative ou une fonction décisive dans l'intrigue de l'histoire. La présence de ces éléments relève en fait de l'esthétique réaliste et permet une certaine fidélité au monde matériel et une vraisemblance. Les œuvres que nous allons traiter sont donc dénuées de valeur fonctionnelle mais, sans elles, l'espace nous paraitrait fade, moins magique.

Les peintures du monde magique

Avant-propos

Guillemet.png
The portrait gallery gave us permission to paint from certain works.
— Thomasina Smith

Portrait créé par Thomasina Smith.

Pour peindre les nombreux portraits de Poudlard, du grand escalier au bureau du directeur, de nombreux artistes ont été employés par l'équipe des films. Parmi ces artistes, nous les avons mentionnés, Gill Andrae-Reid, Sally Dray, Barnaby Gorton, Rohan Harris, Thomasina Smith, Matt Walker ou encore Steve Mitchell. La première étape qu'il a fallu franchir pour meubler les espaces de tournage, notamment le grand escalier, a été de contacter des galeries d'art. Warner Bros. a donc pris contact avec plusieurs espaces d'exposition et de conservation. Parmi ces organismes, la National Portrait Gallery, une des collections les plus complètes de portraits. Paul Cox, un membre de la galerie qui y travaillait déjà à l'époque de la préproduction de Harry Potter à l'école des sorciers, confirme en effet que la National Portrait Gallery a autorisé des artistes à reproduire certaines œuvres. Cependant, ils « n'[ont] facturé aucune autorisation formelle ni aucun frais de reproduction pour l'utilisation des portraits de la Galerie dans les films, car ils étaient utilisés comme "inspiration artistique" plutôt que d'être reproduits sous leur forme originale. »[2] Les galeries n'ont donc pas facturé la société de production mais ont établis un accord, un simple « arrangement avec les producteurs de Harry Potter ».[3] Comme le précise Thomasina Smith, une des artistes ayant peint des portraits pour les films, « la galerie de portraits nous a permis de peindre à partir de certaines œuvres. »[4] Les artistes se sont donc inspirés de toiles originales pour créer de nouvelles œuvres. Pour conserver un aspect magique, des éléments sont modifiés, des accessoires sont rajoutés, des tenues sont modifiées. Cette absence de reproduction formelle ne permet pas un bon archivage de ces accords et la plupart des galeries contactées à l'époque n'ont aucun document qui certifie cet arrangement. Par exemple, « aucun document écrit existe à la [National Portrait] Gallery. »[5] Cependant, les galeries impliquées ont été tout de même remerciées d'une façon assez spéciale. Paul Cox et un de ses collègues, par exemple, ont été invités par Warner Bros. à une projection du film Harry Potter à l'école des sorciers avec l'équipe et les acteurs.[6]

Les artistes des films ont donc longuement travaillé sur ces reproductions en rajoutant des éléments magiques, un vêtement, un cadre, un accessoire. Mais tous les tableaux conçus ne sont pas statiques. En effet, dans le monde magique, les portraits ont la capacité de parler et de se déplacer d'un tableau à un autre. Le degré d'interaction que peut avoir un portrait avec les personnes qui le regardent dépend davantage des compétences magiques du sujet que du talent du peintre qui le peint. L'artiste utilise certains sortilèges qui permettent une imitation du comportement habituel du sorcier, ou de la sorcière, représenté. Pour citer l'ancien Pottermore, les portraits « sont uniquement la représentation de leurs sujets vivants à travers le regard de l'artiste. »[7]

Caméo d'Annalisa Bugliani et de Tess Bu Cuarón.

Certains tableaux sont donc mouvants et s'animent. C'est pour garder cette particularité que, même si certains tableaux sont statiques, l'équipe des films a également confectionné des toiles vides, ou des cadres vides, pour pouvoir y incruster des acteurs. Des acteurs professionnels sont donc engagés pour jouer un rôle de figuration dans un portrait, comme Miles Richardson ou Freddie Davies, ou pour interpréter des rôles plus importants comme Elizabeth Spriggs et Dawn French pour la grosse dame, Paul Whitehouse pour le chevalier du Catogan ou Hebe Beardsall pour Ariana Dumbledore. Au-delà de ces acteurs professionnels, les portraits conçus par l'équipe des films sont également l'occasion de faire des caméos. Annalisa Bugliani et Tess Bu Cuarón, la femme et la fille d'Alfonso Cuarón, apparaissent donc dans un tableau dans Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, le portrait de la jeune fille avec des fleurs est interprété par Violet Columbus, la fille de Chris Columbus, ou encore David Heyman, David Barron, Lionel Wigram, Tim Lewis, Lorne Orleans et John Trehy font une apparition grimés en guérisseurs dans un des tableaux. Il existe également le cas de certains portraits joués par des acteurs qui jouent déjà un personnage tangible dans les films, notamment Richard Harris, l'interprète d'Albus Dumbledore, qui interprète logiquement le tableau de Dumbledore, dormant. Kenneth Branagh, Gilderoy Lockhart dans les films, prête également ses traits aux portraits du sorcier narcissique. Cependant, Sally Dray, une des artistes, précise qu'« il y a moins [de tableaux] qui ont été créés directement à partir d'acteurs que [de tableaux] basés sur des peintures déjà existantes. »[8] Donc, pour en revenir aux créations de l'équipe du département artistique, les portraits statiques et réellement peints s'inspirent de véritables œuvres mais se basent également sur des membres de l'équipe technique, utilisés comme modèles, pour faire des caméos discrets. Ainsi, les visages de Barry Wilkinson, Matt Cooke, David Heyman, Stuart Craig et David Barron peuvent être retrouvés parmi les tableaux confectionnés. Les artistes prennent donc des modèles divers allant des producteurs aux membres plus anonymes de l'équipe artistique. Rohan Harris indique notamment s'être inspiré d'un membre de cette équipe pour un de ses tableaux, sans réellement savoir de qui il s'agissait.[9] Au total, presque 350 portraits ont été créés pour la saga cinématographique.[10]

En plus de ces portraits peints pour les films, des portraits spécifiques ont également été créés pour les premiers jeux vidéo Harry Potter. Les premiers jeux ayant été conçus parallèlement à la sortie des films, les portraits ne sont pas les mêmes et ce n'est qu'à partir des adaptations vidéoludiques de Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban que nous pouvons retrouver dans les jeux des tableaux initialement créés pour les films. Les portraits présents dans le jeu Harry Potter et la Chambre des Secrets par exemple nous réservent quelques surprises. D'une part, l'équipe de développement semble également s'être inspirée de véritables peintures. Nous pouvons par exemple y trouver dans la version PS1 un tableau directement inspiré de La Dame à l'hermine, une peinture réalisée en 1488 par Léonard de Vinci. Toujours sous l'inspiration de De Vinci, un tableau de la version PC se base sur La Joconde et, selon les noms de données dans les fichiers du jeu, ce portrait se nomme Mona, en hommage à Mona Lisa. Notons d'ailleurs que Mona Lisa apparait à deux reprises dans le Wizarding World. Ce tableau apparait dans une édition de The Guardian visible dans le film Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé et dans une édition du Cri de la Gargouille créée pour Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald où il est indiqué que Mona Lisa a oublié de retourner dans son cadre et a déclaré à ce sujet : « J'étais distraite ! » L'artiste Léonard de Vinci est par ailleurs également mentionné dans le jeu Harry Potter et la Chambre des Secrets sur PC, sur la carte de Chocogrenouille de Paracelse.

En plus de ces tableaux inspirés de véritables œuvres, comme ceux présents dans les films, certaines œuvres apparaissant dans le jeu sont des clins d'œil plus discrets à l'univers. En effet, grâce aux données du jeux, on apprend que le tableau représentant un vieux sorcier barbu et vêtu d'un habit violet se nomme Trumbledore, une référence bien évidemment à Albus Dumbledore. Un autre de ces tableaux, exposé dans l'enceinte de Poudlard, représente Voldemort avec des cheveux, une représentation officielle du mage noir assez inédite.

Cependant, nous allons davantage nous attarder sur les peintures créées pour la saga cinématographique. Pour organiser cette étude, un système de tabber, une sorte de tableau à plusieurs onglets, a été mis en place. Dans le premier onglet, une courte description du tableau tel qu'il apparait dans le Wizarding World. Dans le second, une description de l'œuvre originale et quelques informations clés. Puis, pour finir, dans le troisième onglet, une simple comparaison des deux œuvres, sans texte descriptif. Pour fragmenter cette longue liste, un classement par ordre chronologique des œuvres d'origines a été effectué. Les sections vont donc du xve siècle au xxe siècle.

xve siècle

Tableau - HP3.jpg

Ce tableau est présent dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban. L'homme représenté dans cette toile interpelle Harry Potter en 1993 pendant une nuit pour lui signaler qu'ils, les portraits de ce couloir, tentent de dormir. En effet, le jeune Potter, à la recherche de Peter Pettigrow qu'il a aperçu sur la carte du Maraudeur, utilise un sortilège d'Allumage de baguette qui éblouit les tableaux alentour.

Saint Jean-Baptiste dans le désert.jpg

Le tableau d'origine, Saint Jean-Baptiste dans le désert, est une toile des alentours de 1489 peinte par Jérôme Bosch, un peintre néerlandais du mouvement des primitifs flamands. Cette œuvre représente un épisode évoqué dans l'Évangile selon Matthieu où saint Jean Baptiste y est présenté aux côtés d'un agneau. L'animal symbolise le sacrifice du saint, en tant que victime innocente de la méchanceté humaine, mais il est également possible que le saint pointe son doigt en direction de Jésus-Christ, représenté sous la forme de l'agneau pascal. Le tableau de Bosch diffère des autres représentations de saint Jean Baptiste par les objets fantastiques qu'il représente.

Pour plus d'informations : Wikimedia Commons - Saint Jean-Baptiste dans le désert

Saint Jean-Baptiste dans le désert - Comparaison.png

xvie siècle

Ce tableau visible dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban représente un fou. Dans ce film, le portrait réprimande Harry Potter une nuit de 1993, alors qu'il cherche Peter Pettigrow sur la carte du Maraudeur, lorsqu'il le réveille à cause de son sortilège d'Allumage de baguette. Une version non mouvante et non basée sur les traits d'un acteur, a également été créée pour le film et est exposée aux studios de Leavesden.

The Extraction of the Stone of Madness.jpg

La Lithotomie, aussi appelée La Cure de la folie ou plus souvent L'Extraction de la pierre de folie, est le tableau qui a servi d'inspiration au tableau du fou de la saga Harry Potter. Exposé au musée du Prado et peint entre 1501 et 1505 par le peintre néerlandais Jérôme Bosch, ce tableau représente une lithotomie de la tête d'un homme, réalisée par un autre homme portant un entonnoir renversé sur sa tête, un fou. Dans ce tableau, Bosch remplace la pierre qui est habituellement l'objet de l'extraction par un bulbe de fleur. Une autre fleur est posée sur la table. À travers ce tableau, Jérôme Bosch se moque de l'ignorance du malade et de la tromperie qui lui est faite.

Pour plus d'informations : Museo del Prado - The Extraction of the Stone of Madness

Maud Montague.jpg

Cette œuvre d'art représentant Maud Montague, une sorcière, est exposée quelque part dans l'enceinte de l'école de sorcellerie Poudlard. Visible également dans le livre dérivé The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets, présent dans le coffret collector de 2012 mettant en avant Harry Potter : Des romans à l'écran, Maud Montague est peut-être de la même famille que Graham Montague, un élève de Serpentard, poursuiveur de l'équipe de Quidditch de Serpentard et membre de la Brigade inquisitoriale.

Icône de détail Article détaillé : Maud Montague

Laura.png

Exposé au Kunsthistorisches Museum de Vienne, le tableau d'une jeune femme, Laura, est une peinture de 1506 réalisée par Giorgione, le premier grand peintre vénitien du Cinquecento italien. Il s'agit de l'un des premiers portraits de l'artiste à être peint à la « manière moderne », se distinguant par sa dignité, sa clarté et sa caractérisation sophistiquée. C'est également le seul portrait de Giorgione à posséder une date précise. Cette peinture à l'huile sur panneau de bois est également connue sous le titre Ritratto di giovane sposa.

Pour plus d'informations : Kunsthistorisches Museum - Bildnis einer jungen Frau ("Laura")

Maud Montague - Comparaison.png

Roderick Cruickshank.jpg
Guillemet.png
Ætatis Suæ XXXV
— Inscription sur le tableau

Dans les films Harry Potter, Roderick Cruickshank possède un portrait dans le grand escalier de Poudlard. Selon l'inscription latine présent sur l'œuvre, « Anno MDXXVII », elle a été peinte en 1527 et Roderick Cruickshank était alors âgé de 35 ans comme l'indique l'inscription « Ætatis Suæ XXXV ». Nous pouvons donc établir sa date de naissance en 1491 ou en 1492. Visible dans le premier, le troisième et le cinquième film, ce portrait peut aussi être retrouvé dans The Making of Harry Potter.

Icône de détail Article détaillé : Roderick Cruickshank

King Henry VII.png

King Henry VII, réalisé par un artiste néerlandais, a été peint le 29 octobre 1505 sur ordre d'Herman Rinck, un agent de l'empereur du Saint-Empire Maximilien Ier. Le portrait a probablement été peint dans le cadre d'une demande de mariage infructueuse, car Henry espérait épouser la fille de Maximilien Ier, Marguerite d'Autriche. Le cadre fait partie intégrante de la peinture et est donc d'origine. Henry VII, Henri Tudor, premier souverain et fondateur de la dynastie Tudor est le roi d'Angleterre de 1485 à sa mort en 1509.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - King Henry VII

Roderick Cruickshank - Comparaison.png

Phineas Black 2.jpg

Phineas Nigellus Black est un sorcier de Sang-Pur, le frère de Sirius I, Elladora et Iola Black et l'époux d'Ursula Flint. Le couple a eu cinq enfants : Sirius II, Arcturus II, Belvina, Cygnus II et Phineas II. Il a été directeur de Poudlard et, après son décès en 1925, son portrait rejoint le bureau du directeur. Un portrait est également situé au 12, square Grimmaurd, la maison de la famille Black. En 1997, son portrait accroché au 12, square Grimmaurd est emporté par Hermione Granger durant son périple avec Harry Potter et Ron Weasley, afin d'avoir des nouvelles sur ce qui se passe à Poudlard, et suivre les activités de Severus Rogue, le nouveau directeur, dont Phineas fait souvent l'éloge.

Icône de détail Article détaillé : Phineas Black

Portrait de Baldassare Castiglione.jpg

Le tableau qui semble avoir inspiré celui de Phineas Black est Portrait de Baldassare Castiglione peint entre 1514 et 1515 par Raphaël, un peintre et architecte italien de la Haute Renaissance. Cette toile représentant Baldassare Castiglione, un écrivain et diplomate italien de la Renaissance, séjourna dans la collection du duc d'Urbino avant de rejoindre celle du cardinal de Mazarin. Elle passa ensuite dans la collection de Louis XIV avant de finir au musée du Louvre. On peut aisément voir dans la composition une référence directe à La Joconde de Léonard de Vinci.

Pour plus d'informations : RMN Grand Palais - Portrait de Baldassare Castiglione

Phineas Black - Comparaison.png

Quentin Jentremble.jpg

Quentin Jentremble est un écrivain mentionné dans Harry Potter à l'école des sorciers, auteur de Forces obscures : comment s'en protéger. Ce tableau a été réalisé pour la saga cinématographique par Matthew Walker. Le nom original de Quentin Jentremble est Quentin Trimble or, sur le tableau, il a été orthographié Quintin Trimble. En plus de ce portrait, un second le représentant est visible aux studios de Leavesden dans le bureau du directeur.

Icône de détail Article détaillé : Quentin Jentremble

Sir Anthony Denny.jpg

Nous ne connaissons que très peu d'élément sur le tableau d'origine, l'auteur est inconnu, la date de réalisation est inconnue et un doute plane sur le sujet. Il pourrait s'agir de Sir Anthony Denny, un courtisan proche de Henry VIII et membre actif de la Réforme anglaise ou d'Henry Howard, chevalier de la Jarretière, un soldat et aristocrate anglais du début du XVIe siècle et également l'un des pères de la poésie anglaise de la Renaissance. Cette toile appartient à la Royal Collection.

Pour plus d'informations : Tudorplace - Portrait of Sir Anthony Denny

Quentin Jentremble - Comparaison.png

Giffard Abbott 2.png

Le portrait de Giffard Abbott est visible dans le second et le troisième film Harry Potter. Il est peut-être lié à la famille Abbot, Abbott en version originale, famille mentionnée plusieurs fois au cours de la saga. Dans la version PC, PS2, PS3, Xbox 360 et Wii de Harry Potter et l'Ordre du Phénix, Giffard Abbott possède deux tableaux pouvant communiquer entre eux avec le mot de passe « Œuf de dragon ». Le premier portrait se situe dans le grand escalier, au premier étage, et le second dans la cour de métamorphose. Giffard Abbott aide le jouer à obtenir le mot de passe des portraits de Percival Pratt et de Damara Dodderidge. Dans la version GBA, ses tableaux lient la tour de l'horloge et le couloir devant la bibliothèque. Le mot de passe est « Tempus neminem manet » et Giffard Abbott accepte de le donner au joueur s'il aide Hannah Abbot. Dans le jeu Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, deux portraits représentant Giffart Abbott cachent un passage secret qui relient les escaliers de Poudlard à la cour de métamorphose. Le mot de passe est « Lumière contre Ténèbres ».

Icône de détail Article détaillé : Giffard Abbott

Portrait de Charles Quint avec un chien.png

Le tableau ayant servi d'inspiration est un portrait de Charles Quint, empereur du Saint-Empire romain germanique. Cette œuvre a été peinte en 1532 par Jakob Seisenegger, un peintre autrichien au service de Charles Quint. Il se constitut une réputation internationale par ses portraits en pied et son portrait de l'Empereur Charles V avec un chien est conservé au musée d'Histoire de l'art de Vienne. Il lui a été commandé par le frère de Charles Quint, Ferdinand Ier, devenu à son tour empereur du Saint-Empire en 1558 après l'abdication de Charles-Quint.

Pour plus d'informations : Kunsthistorisches Museum - Kaiser Karl V. mit seinem Englischen Wasserhund

Giffard Abbott - Comparaison.png

Portrait d'un sorcier - 6.png

Ce portrait, exposé dans les studios de Leavesden, The Making of Harry Potter, représente un sorcier avec une boule de cristal. Cette œuvre est exposée dans les escaliers de Poudlard, l'école de sorcellerie. Une inscription en grec est également visible : « Η δε μετάνοια αυτη φ αρχή αν παρίδη » Il s'agit d'une version partielle de la phrase « Η δε μετάνοια αυτη φιλοσοφίας αρχή αν παρίδη », que l'on pourrait traduire par « La repentance est le début de la sagesse », qui apparait sur le tableau d'origine. Il est également présent dans le livre dérivé The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets.

John Evelyn.png

Peint par Robert Walker, un peintre britannique inspiré par Antoine van Dyck, entre 1648 et les alentours de 1656, ce portrait représente John Evelyn. John Evelyn est un écrivain, paysagiste et mémorialiste anglais. Témoin de l'exécution de Charles Ier, du trépas d'Oliver Cromwell, de la grande peste de Londres et du grand incendie de Londres en 1666, son journal constitue un témoignage précieux sur les arts, la culture et la politique de l'époque. L'inscription grecque « Η δε μετάνοια αυτη φιλοσοφίας αρχή αν παρίδη » présente sur la toile peut être traduite par « La repentance est le début de la sagesse »

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - John Evelyn

John Evelyn - Comparaison.png

Portrait d'une sorcière.jpg

Ce portrait créé pour l'adaptation cinématographique de la saga représente une sorcière inconnue. Vêtue à la mode du xvie siècle et tenant une baguette dans sa main gauche, cette sorcière anonyme tient également une fleur rouge dans sa main droite. Ce tableau est accroché dans l'enceinte de l'école de sorcellerie Poudlard. Cette œuvre d'art peut être observée dans The Making of Harry Potter, aux studios de Leavesden près de Londres, et dans le parc d'attraction The Wizarding World of Harry Potter à Orlando, en Floride, aux États-Unis.

Queen Mary I.png

Le tableau d'origine, conservé à la National Portrait Gallery, a été peint en 1554 par Hans Eworth, un peintre flamand actif en Angleterre. Le sujet est Marie Ire, la première reine régnante d'Angleterre et d'Irlande, de 1553 à sa mort. Issue du mariage malheureux du roi Henri VIII et de Catherine d'Aragon, Marie Tudor est écartée de la succession au trône en 1534, après le remariage de son père avec Anne Boleyn. Elle ne redevint éligible à la succession au trône qu'en 1543.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Queen Mary I

Queen Mary I - Comparaison.png

Portrait du manoir des Malefoy.jpg

Ce tableau a été peint par Rohan Harris, un portraitiste ayant travaillé sur la saga Harry Potter. Créé pour le film Harry Potter et les Reliques de la Mort : 1ère partie, ce tableau est exposé dans le manoir des Malefoy et représente probablement un membre de la famille Malefoy. Les traits du sorcier peint sont inspirés par un membre du département artistique du film. Au-delà de la couleur verte qui prédomine, rappelant la couleur de Serpentard, l'emblème de la famille Malefoy est également en partie visible avec le début de la devise latine « Sanctimonia Vincet Semper » dont seul le premier mot, « Sanctimonia » apparait sur la toile.

Thomas Howard, 4th Duke of Norfolk.jpg

Le tableau d'origine représente Thomas Howard, un officier de la Couronne d'Angleterre du règne d'Elisabeth Ire. Comte Maréchal d'Angleterre et Lieutenant de la Couronne pour les Marches du Nord, il commande en 1560 l'armée de secours anglaise dépêchée en Écosse à la demande de la Congrégation opposés à Marie de Guise et négocie le Traité de Berwick en vue d'expulser les Français. Suspecté en 1569 de vouloir épouser Marie d'Écosse, il est emprisonné et, une fois libéré, prend part au complot de Ridolfi. Il est décapité pour haute trahison en 1572. Peint en 1563, cette œuvre est attribuée à Hans Eworth, un peintre flamand.

Pour plus d'informations : Wikimedia Commons - Portrait of Thomas Howard, 4th Duke of Norfolk

Portrait du manoir des Malefoy - Comparaison.png

Poderick Crookshank.jpg

Le portrait de Poderick Crookshank est un portrait accroché dans l'enceinte de Poudlard selon The Making of Harry Potter. Il peut être intéressant de noter que ce personnage possède un nom de famille identique au nom original de Pattenrond, Crookshank. L'inscription « Ætatis Suæ 36 » nous indique que le tableau a été réalisé lorsque Poderick Crookshank avait 36 ans. L'autre inscription « Ano Dm. 1568 » signifie que le tableau a été peint en 1568. Poderick est donc né en 1531 ou en 1532. Dans les coulisses du studio, le tableau de Poderick Crookshank est exposé dans un cadre au nom de Sir Google Flange. Cependant, l'erreur est rectifiée dans The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets où le véritable nom du personnage nous est donné.

Icône de détail Article détaillé : Poderick Crookshank

Sir Henry Lee.png

Peint par Antonio Moro en 1568, comme le tableau fictif, Sir Henry Lee est l'œuvre ayant inspiré le portrait de Poderick Crookshank. Sir Henry Lee était le champion de la reine sous le règne de Élisabeth Ire. Les nœuds et les sphères armillaires présents sur les manches de Sir Henry Lee sont des emblèmes personnels de la reine et font probablement référence à ce rôle de champion. Antonio Moro, ou Anthonis Mor, est quant à lui un célèbre peintre néerlandais.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Sir Henry Lee

Poderick Crookshank - Comparaison.png

Portrait d'une sorcière - 1507.jpg

Ce portrait d'une sorcière est visible pour la toute première fois dans le film Harry Potter à l'école des sorciers dans le grand escalier lorsque Harry, Ron et Hermione s'égarent dans le château à cause des escaliers mouvants. En plus d'être visible dans le premier film, ce portrait a été exposé lors de Harry Potter : l'Exposition. Présent dans le livre The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets, les inscriptions sur la toile nous indique que le portrait a été peint en 1507 et que le modèle était agé de 28 ans. On peut donc en déduire que cette sorcière est né en 1478 ou en 1479.

Anne Boleyn.png

Célèbre portrait, Anne Boleyn représente deuxième épouse du roi Henri VIII d'Angleterre. Peint à la fin du XVIe siècle par un artiste anglais inconnu, ce portrait est basé sur une œuvre des années 1533-1536. Accusée d'adultère, d'inceste et de haute trahison, Anne Boleyn est exécutée par décapitation le 19 mai 1536. Il peut être intéressant de noter qu'en plus de ces actes d'accusation, certaines rumeurs laissent supposer qu'elle était également accusée de sorcellerie. Une des questions de l'Examen de Magie Élémentaire Unifié partage également la théorie comme quoi « la deuxième femme du roi Henri VIII, Anne Boleyn, accusée de sorcellerie par les Moldus, était en réalité une Cracmol. »

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Anne Boleyn

Portrait de sorcière - Comparaison.png

Portrait d'une sorcière dans le manoir des Malefoy.png

Ce tableau représentant une sorcière est exposé dans le manoir des Malefoy. Il est notamment visible dans le film Harry Potter et les Reliques de la Mort : 1ère partie dans la salle où Voldemort organise des réunions avec ses partisans et ses Mangemorts. Ce portrait est témoin de l'assassinat de Charity Burbage par le Seigneur des Ténèbres au cours de l'été 1997. Cette œuvre d'art est également présente dans l'adaptation vidéoludique de Harry Potter et les Reliques de la Mort : 1ère partie et dans les studios de Leavesden, The Making of Harry Potter.

Lady Frances Sidney.jpg

Exposé à l'université de Cambridge, le tableau d'origine est une œuvre datant d'entre 1570 et 1575 et peinte par Steven van der Meulen, un artiste flamand qui s'est fait connaître en Angleterre au cours de la première décennie du règne d'Élisabeth Ire en tant que l'un des nombreux artistes flamands actifs à la cour des Tudor. Ce tableau représente Frances Radclyffe, née Sidney, comtesse du Sussex, la fondatrice du Sidney Sussex College, un des collèges de l'université de Cambridge. Fille de William Sidney et d'Anne Packenham, elle a épousé en 1555 Thomas Radclyffe, le troisième comte du Sussex. Dans son testament, Frances Radclyffe, passionnée par l'éducation, déclare laisser la somme de 5 000 £ pour fonder un nouveau collège à l'université de Cambridge. Ses exécuteurs testamentaires fondent alors le collège sept ans après sa mort, ayant eu lieu 1589. Le Sidney Sussex College est alors ouvert en 1596.

Pour plus d'informations : Art UK - Lady Frances Sidney

Portrait d'une sorcière dans le manoir des Malefoy - Comapraison.png

Portrait d'une sorcière - 2.jpg

Ce portrait d'une sorcière aux cheveux roux et portant un chapeau vert à plume a été créé pour la saga cinématographique Harry Potter et a notamment été exposé dans l'exposition mettant à l'honneur le film Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé au cours de l'année 2009. Son portrait peut également être vu dans l'enceinte du collège Poudlard, en particulier dans le grand escalier, dans les jeux Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban et Harry Potter et l'Ordre du Phénix. L'inscription latine « Ætatis Suae XVII », visible sur la toile, signifie probablement que la sorcière rousse, le modèle de l'œuvre, a été peinte à l'âge de dix-sept ans.

Lady Kytson.jpg

Le tableau d'origine représente Elizabeth Kytson, la femme de Thomas Kytson. Ce tableau a été peint en 1573 par George Gower, le peintre officiel de la reine Élisabeth Ire. Ce portrait et celui de Thomas Kyston sont les deux premiers travaux de George Gower et sont actuellement conservés à la Tate Britain à Londres. Dans ce portrait, Lady Kytson porte des couleurs vives à la mode, notamment une robe rouge avec un col de fourrure. Ses manches sont brodées de fil noir avec des roses, du chèvrefeuille et des œillets. Elle est probablement habillée pour l'extérieur car elle porte des gants et un grand chapeau masculin avec une bande ornée de bijoux et un sous-capuchon en lin. La forme exacte de ce chapeau n'a été révélée qu'en 1995 lors d'un nettoyage.

Pour plus d'informations : Tate - Lady Kytson

Lady Kytson - Comparaison.png

Temeritus Shanks HP5 PC.jpg
Guillemet.png
Pas de nouvelle, bonnes nouvelles
— Mot de passe de Temeritus Shanks[src]

Ce portrait de Temeritus Shanks apparait dans de nombreux jeux vidéo. Le prénom Temeritus vient du latin Temeritas signifiant « irréflexion » ce qui renvoie probablement au fait que Temeritus Shanks semble croire tout ce qui est écrit dans la presse. En effet, dans le jeu Harry Potter et l'Ordre du Phénix sur PC, PS2, PS3, Xbox 360 et Wii, Temeritus Shanks possède un portrait dans la bibliothèque du château et un second dans le couloir du quatrième étage. Un passage secret réservé au personnel de l'école relie les deux tableaux. Cependant, Temeritus fait une exception en proposant de révéler le mot de passe au joueur si ce dernier lui donne la une de La Gazette du sorcier. Cette obsession pour les scoops peut également être relevée dans le jeu suivant où il dissimule une nouvelle fois un passage secret mais avec le mot de passe « Vive les gros titres ». Un autre passage secret accessible avec le mot de passe « Audaces fortuna iuvat » est visible dans la version NDS et GBA de Harry Potter et l'Ordre du Phénix. En plus de ces apparitions, ce portrait apparait dans trois des films de la saga.

Icône de détail Article détaillé : Temeritus Shanks

King James I of England and VI of Scotland.png

Le portrait King James I of England and VI of Scotland, peint à la fin du XVIe siècle et basé sur une œuvre de 1574, représente Jacques Stuart, roi d'Écosse sous le nom de Jacques VI et roi d'Angleterre et d'Irlande sous le nom de Jacques Ier. Il est ici montré à l'âge de huit ans, habillé pour la chasse avec un épervier sur sa main gauche gantée. Dans la version modifiée pour la saga Harry Potter, l'épervier est remplacé par un hibou. Le roi Jacques règne jusqu'à sa mort sur les trois pays qui conservent cependant leur indépendance et leurs institutions. Le portrait appartient à la National Portrait Gallery de Londres depuis 1859.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - King James I of England and VI of Scotland

Temeritus Shanks - Comparaison.png

Tableau d'un sorcier - 5.png

Ce tableau, visible dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, est exposé dans le grand escalier de Poudlard, près du septième étage. L'œuvre est également accrochée dans The Making of Harry Potter. L'indication sur la toile laisse supposer que le portrait a été peint en 1576. L'inscription latine « Aetatis Sua 77 » indique également que le modèle de l'œuvre devait être âgé de 77 ans lors de la création du tableau. On peut donc supposer que le sorcier représenté est né en 1498 ou 1499. Il est également présent dans le livre dérivé The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets.

Sir Thomas Wyatt.png

Le tableau d'origine représente Thomas Wyatt, d'après Hans Holbein le Jeune, peint au cours du xvie siècle et basé sur une œuvre des alentours de 1540. Thomas Wyatt était un poète proche de Henri VIII jusqu'aux accusations d'adultères d'Anne Boleyn. Sir Thomas Wyatt compte parmi les supposés amants d'Anne Boleyn et est incarcéré à la Tour de Londres. Cependant, il échappe à l'exécution et finit par rencontrer Elizabeth Brooke qu'il épouse en 1520. Ses poésies sont principalement des odes, des sonnets, des ballades et des satires.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Sir Thomas Wyatt

Sir Thomas Wyatt - Comparaison.png

xviie siècle

Sidley Smirk Platter.png

Sir Sidley Smirk Platter est un sorcier ayant occupé le poste de Manitou suprême de la Confédération internationale des sorciers et ayant été nommé Enchanteur-en-chef. Un tableau le représentant, visible dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, est accroché près du septième étage, dans le grand escalier. Selon les indications présentes sur le portrait il aurait été peint en 1542. Une inscription latine peut également être visible, « Anno Etatis Suae 39 », ce qui laisse supposer que Sir Sidley Smirk Platter était âgé de 39 ans lors de la création de cette œuvre. Il semble donc être né aux alentours de l'année 1503. La physionomie du personnage est inspirée de Matt Cooke, un accessoiriste travaillant sur la saga cinématographique Harry Potter et la saga des Animaux fantastiques.

Icône de détail Article détaillé : Sidley Smirk Platter

Henry Wriothesley 3rd Earl of Southampton.png

La toile Henry Wriothesley, 3rd Earl of Southampton est un portrait peint aux alentours de l'année 1600 par un peintre inconnu. Il représente Henry Wriothesley, 3e comte de Southampton et chevalier de la Jarretière. William Shakespeare lui a notamment dédié deux poèmes narratifs : The Rape of Lucrece et Vénus et Adonis. Connu à la cour pour son apparence flamboyante, en particulier ses cheveux auburn, il pourrait être le Fair Youth des Sonnets de Shakespeare.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Henry Wriothesley, 3rd Earl of Southampton

Sidley Smirk Platter - Comparaison.png

Wilhemina Twigge.jpg

Ce tableau, créé par la portraitiste Thomasina Smith pour la saga cinématographique Harry Potter, représente une sorcière. Selon les inscriptions visibles sur la toile, le modèle est Wilhemina Twigge de Bohême. Cette sorcière est peut-être celle qui a donné son nom au Wilhemina Twigge Award, un prix remporté par Cornelius Fudge selon le jeu Harry Potter et l'Ordre du Phénix sur PC, PS2, PS3, Xbox 360 et Wii. Selon la date inscrite, la peinture daterait de 1610. Le monogramme d'Albrecht Dürer, un dessinateur, graveur et peintre allemand de la Renaissance, est également visible sur la toile.

Icône de détail Article détaillé : Wilhemina Twigge

Princess Elizabeth, Queen of Bohemia and Electress Palatine.png

Comme le tableau magique, la peinture d'origine a été peinte aux alentours de l'année 1610 par Robert Peake le Vieux, un peintre anglais actif vers la fin du règne d'Élisabeth Ire et pendant la majeure partie du règne de Jacques Ier. Le modèle est Élisabeth Stuart, reine de Bohême, pays d'origine également de Wilhemina Twigge. Élisabeth Stuart, née à Falkland, est également, par son mariage avec Frédéric V, électrice palatine. Ce portrait est actuellement conservé par la National Portrait Gallery de Londres.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Princess Elizabeth, Queen of Bohemia and Electress Palatine

Wilhemina Twigge - Comparaison.png

George von Rheticus HP5 PC.jpg

Le tableau représentant George von Rheticus est visible dans de nombreux films et jeux Harry Potter, la plupart du temps dans le grand escalier. Dans Harry Potter et l'Ordre du Phénix sur PC, PS2, PS3, Xbox 360 et Wii, George von Rheticus possède deux tableaux le représentant qui peuvent communiquer entre eux si le joueur utilise le mot de passe « Chenapan chantant ». Le joueur doit d'ailleurs lui demande son mot de passe pour qu'Hannah Abbot puisse se rendre aux réunions de l'armée de Dumbledore sans être repérée. Dans la version GBC, George von Rheticus possède aussi un portrait à côté des toilettes de Mimi Geignarde et un autre dans l'entrée du viaduc pouvant communiquer avec un second portrait de George von Rheticus situé dans le grand escalier en échange du mot de passe « Lunctis viribus ». Il interrogera d'ailleurs le trio sur l'astronomie dans cette adaptation. Dans le le sixième jeu, un tableau représentant George von Rheticus est exposé dans le hall de l'école et permet d'accéder à une salle secrète avec plusieurs portraits communiquant à travers le château. George von Rheticus est nommé ainsi en hommage à Georg Joachim Rheticus, un astronome et mathématicien allemand.

Icône de détail Article détaillé : George von Rheticus

King James I of England and VI of Scotland - 2.png

Le tableau original, King James I of England and VI of Scotland, est un portrait de Jacques Stuart, roi d'Écosse et roi d'Angleterre et d'Irlande, peint au début du XVIIe siècle par John de Critz. John de Critz est un peintre flamand qui fut Serjeant Painter du roi à partir de 1603 d'abord conjointement avec Leonard Fryer et à partir de 1610 avec Robert Peake le Vieux. Ce portrait est basé sur des œuvres des alentours de l'année 1606 et est conservé à la National Portrait Gallery de Londres.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - King James I of England and VI of Scotland

George von Rheticus - Comparaison.png

Portrait d'un sorcier dans le manoir des Malefoy.png

Cette peinture représente un homme, probablement un sorcier, et est exposée dans le manoir de la famille Malefoy dans le sud du Wiltshire en Angleterre. Visible dans le film, sorti en 2010, Harry Potter et les Reliques de la Mort : 1ère partie, il est accroché dans la salle accueillant les réunions entre Voldemort et ses alliés, les Mangemorts, lieu également du meurtre de Charity Burbage, professeure d'étude des Moldus, par le mage noir. Cette toile est également visible dans les studios de Leavesden, The Making of Harry Potter, et dans le jeu vidéo Harry Potter et les Reliques de la Mort : 1ère partie.

Richard Sackville.jpg

Le tableau d'origine est une œuvre de 1613 peinte par William Larkin, un peintre anglais actif de 1609 à 1619. William Larkin est principalement connu pour ses portraits emblématiques de membres de la cour de Jacques Ier, le roi d'Angleterre. Le modèle est Richard Sackville, le 3e comte de Dorset. En 1609, il épouse Anne Clifford, une paraisse, une protectrice des arts et une écrivaine, avec qui il aura cinq enfants, trois fils et deux filles. Malheureusement, leur mariage n'est pas un franc succès et Richard Sackville a de nombreuses maitresses comme Martha Penistone. Au cours des années 1612 à 1624, Richard Sackville sert en tant que Lord Lieutenant du Sussex. Il meurt à Dorset House, Londres, sans héritier mâle en 1624 et est remplacé par son jeune frère Edward Sackville. Il a été enterré le 7 avril 1624 à la Paroisse St. Michael à Withyham, dans le Sussex.

Pour plus d'informations : Art UK - Richard Sackville

Portrait d'un sorcier dans le manoir des Malefoy - Comparaison.png

Damara Dodderidge HP5 PC.jpg
Guillemet.png
Harry Potter : Damara Dodderidge voudrait que vous lui envoyiez de la nourriture.
Giffard Abbott : Cette fille finira par dévorer son cadre si elle continue comme ça…
— Dialogue à propos de Damara Dodderidge[src]

Le portrait de Damara Dodderidge, visible dans plusieurs films et jeux de la saga Harry Potter est surtout connu pour ces apparitions dans le jeu Harry Potter et l'Ordre du Phénix et |Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé où son tableau dissimule un passage secret. Dans le cinquième jeu, les portraits de Damara Dodderidge relient le palier du troisième étage etle rez-de-chaussée de la tour de l'horloge si le mot de passe « Côtelette » est prononcé. Affamée, Damara prie le joueur d'aller demander à Giffard Abbott de lui envoyer de la nourriture et lui fournit le mot de passe pour le remercier. Dans le sixième jeu, les portraits lient le bas du grand escalier et le rez-de-chaussée de la tour de l'horloge. Au cours de l'aventure, elle observe le joueur réparer le levier permettant d'ouvrir la herse de la tour de l'horloge et, pour le féliciter, lui donne son mot de passe : « Fringant Catogan ».

Icône de détail Article détaillé : Damara Dodderidge

Lady Elizabeth Pope.jpg

Le tableau Lady Elizabeth Pope a été peint vers l'année 1615 probablement par Robert Peake. Elizabeth Pope est représentée sous un laurier et porte un manteau de tissu noir brodé de perles avec un motif de plumes d'autruche. Ce motif est répété sur son chapeau, qui est garni d'une vraie plume violette. Elle a un collier et des bracelets de perles. Sa poitrine est pratiquement nue, avec un lourd collier de diamants posé dessus et son sein gauche est presque exposé. Ses longs cheveux pendent à l'exception d'une seule tresse au-dessus de son bras. Robert Peake, lui, est issu d'une famille du Lincolnshire et, comme d'autres peintres britanniques de l'époque, a d'abord suivi une formation d'orfèvre.

Pour plus d'informations : Tate - Lady Elizabeth Pope

Damara Dodderidge - Comparaison.png

Portrait d'un sorcier - 4.png

Ce tableau représente un sorcier de plein pied et est exposé dans l'enceinte de Poudlard. Dans le film Harry Potter à l'école des sorciers, ce portrait est accroché dans le grand escalier, près du palier du rez-de-chaussée. Il est également visible dans le livre dérivé L'Art de Harry Potter, publié en 2017.

George Villiers, 1st Duke of Buckingham.png

Attribué à William Larkin ou à son équipe, le tableau d'origine a été peint aux alentours de 1616 et représente George Villiers, 1er comte et duc de Buckingham, un homme d'État anglais. Favori de Jacques Ier puis de Charles Ier, il est honoré de l'ordre de la Jarretière, représenté sur le tableau. Il a porté secours aux protestants insurgés et a organisé le siège de Saint-Martin-de-Ré en 1627. Alors qu'il préparait une seconde expédition à Portsmouth, il est assassiné, le 23 août 1628, par John Felton. Le duc de Buckingham est également connu en tant que personnage de fiction car il apparait dans Les Trois Mousquetaires, un roman d'Alexandre Dumas.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - George Villiers, 1st Duke of Buckingham

George Villiers - Comparaison.png

Portrait de cinq sorciers.jpg

Ce portrait représentant cinq sorciers est exposé dans l'infirmerie de Poudlard. L'inscription « Athal Bathel Nothe Jhoram Asey Cleyungit Gabellin Semeney Bal Meclap Nero Palcin Plegas Hean Ararna Ayla Peremies Levesso » apparait sur le tableau est reprend une vielle formule occulte liée à l'invisibilité. L'incantation originale est : « Athal, Bathel, Nothe, Jhoram, Asey, Cleyungit, Gabellin, Semeney, Mencheno, Bal, Lebenenten, Palcin, Timgimiel, Plegas, Peneme, Gruora, Hean, Ha, Ararna, Avira, Ayla, Seye, Peremies, Seney, Levesso, Huay, Baruchalu, Acuth, Tural, Buchard, Caratim, Per misericordiam abibit ergo mortale perficiat qua hoc opus ut invisibiliter ire possim. » Ce tableau est notamment visible dans le livre dérivé L'Art de Harry Potter.

The 1st Earl of Monmouth and his family.png

The 1st Earl of Monmouth and his family a été peint aux alentours de 1617 et est attribué à Paul van Somer. De gauche à droite, ce tableau représente Thomas Carey, un membre du parlement, Robert Carey, le 1er comte de Monmouth, Elizabeth Carey, née Trevannion, la femme de Robert Carey, Henry Carey, son fils et le 2e comte de Monmouth, et Philadelphia Carey, sa fille. Paul van Somer, lui, est un artiste flamand, un des principaux peintres de la cour royale.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - The 1st Earl of Monmouth and his family

Portrait de cinq sorciers - Comparaison.png

Cottismore Croyne.jpg

Cottismore Croyne, représenté sur ce portrait, est un sorcier ayant occupé, comme Albus Dumbledore, le poste de Manitou suprême de la Confédération internationale des sorciers. Au cours de sa vie, Cottismore Croyne reçoit également l'Ordre de Merlin. Visibles dans les trois premiers films, dans Harry Potter : Secret à Poudlard, dans The Making of Harry Potter et dans The Wizarding World of Harry Potter, ses portraits sont exposés dans le grand escalier de Poudlard, au niveau du palier du rez-de-chaussée et près du palier du septième étage. Cottismore Croyne reprend aussi les traits de David Heyman, le producteur de la saga cinématographique Harry Potter et la saga Les Animaux fantastiques.

Icône de détail Article détaillé : Cottismore Croyne

Thomas Howard, 14th Earl of Arundel.png

Le portrait de Cottismore Croyne est inspiré de celui de Thomas Howard, 14e comte d'Arundel peint aux alentours de 1618 par Daniel Mytens l'Ancien. Éminent courtisan anglais, on connaît Thomas Howard surtout pour ses collections d'art. Lors de sa mort, sa collection, une des plus importantes d'Europe, comptait 700 peintures, ainsi que de nombreuses sculptures antiques, livres rares, dessins et bijoux anciens. La plus grande partie de sa collection a été dispersée lors de sa mort, mais les pièces les plus connues restent les gravures antiques sur marbre, les marbres d'Arundel, conservés à l'université d'Oxford. Daniel Mytens, lui, est un portraitiste hollandais ayant fait carrière en Angleterre.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Thomas Howard, 14th Earl of Arundel

Cottismore Croyne - Comparaison.png

Portrait de squelette.jpg

Ce tableau représente six sorciers qui étudient un squelette. Ce tableau est accroché près du septième étage dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban et assiste à l'agitation qui suit l'agression de la grosse dame par Sirius Black. Cette œuvre est également visible dans le film Harry Potter et l'Ordre du Phénix lorsqu'Argus Rusard décroche l'intégralité des tableaux du grand escalier. Les guérisseurs représentés sont interprétés par David Heyman, David Barron, Lionel Wigram, Tim Lewis, Lorne Orleans et John Trehy.

La leçon d'anatomie du Dr Egbertsz.jpg

La leçon d'anatomie du Dr Egbertsz est un tableau attribué à Nicolaes Eliaszoon Pickenoy ou à Thomas de Keyser, deux peintres néerlandais originaires d'Amsterdam. Peint en 1619, ce portrait de groupe représente le docteur Sebastiaen Egbertsz, le seul peint avec un chapeau, et qui explique à cinq chirurgiens la composition d'un squelette. Le spectateur est directement impliqué dans la leçon par le regard des deux hommes du premier plan.

Pour plus d'informations : Amsterdam Museum - DE OSTEOLOGIELES VAN DR. SEBASTIAEN EGBERTSZ.

La leçon d'anatomie du Dr Egbertsz - Comparaison.png

Brian Gagwilde III.jpg

Le portrait de Brian Gagwilde III apparait dans cinq des huit jeux Harry Potter. Des répliques de son portrait ornent plusieurs murs du château et un exemplaire est présent dans le manoir des Malefoy dans le jeu Harry Potter et les Reliques de la Mort : 1ère partie. Dans la version PSP de Harry Potter et l'Ordre du Phénix, le tableau de Brian Gagwilde III cache un passage secret et le mot de passe « Chenapan chantant » est requis. Brian Gagwilde III est peut-être lié à Brian Gagwilde, un autre personnage représenté sur un tableau.

Icône de détail Article détaillé : Brian Gagwilde III

Francis Bacon.jpg

La peinture originale représente Francis Bacon, un philosophe né en 1561 et mort en 1626. Nous ne connaissons que très peu de chose sur ce portrait mais le sujet est un pionnier de la pensée scientifique moderne. En plus d'être un philosophe reconnu, Francis Bacon est un scientifique et un homme d'État anglais. Il développe dans son œuvre, le De dignitate et augmentis scientiarumn, une théorie empiriste de la connaissance et il précise les règles de la méthode expérimentale dans un autre ouvrage, le Novum organum. Il possède également le titre de baron de Verulam, vicomte de Saint Albans et Chancelier d'Angleterre.

Pour plus d'informations : The University of Adelaide - Francis Bacon

Brian Gagwilde III - Comparaison.png

250px-Amberose.jpg

Ambrose Swott possède deux portraits différents dans l'enceinte de Poudlard. Il s'agit ici d'un portrait présent dans le bureau du directeur de l'école. Nous pouvons d'ailleurs voir le château en arrière-plan, et l'on peut alors supposer un lien fort entre lui et Poudlard. Le second portrait, visible dans le grand escalier, nous indique d'ailleurs qu'il était professeur. Les inscriptions le nomment Amrose Swott mais le second portrait orthographie bien son prénom comme étant Ambrose. Ces inscriptions mentionnent aussi la date de réalisation fictive de l'œuvre, 1724, et une phrase latine : « Ora et labora. » Son nom est également visible dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, gravé sur l'un des murs de la classe de Divination.

Icône de détail Article détaillé : Ambrose Swott

Johannes Kepler.jpg

Nous n'avons que peu d'informations sur le tableau d'origine mais nous savons qu'il représente Johannes Kepler, ou Keppler, un célèbre astronome allemand. Il est connu pour avoir étudié l'hypothèse héliocentrique de Nicolas Copernic, affirmant que la Terre tourne autour du Soleil. Il a également découvert que les planètes ne tournent pas autour du Soleil en suivant des trajectoires circulaires parfaites mais des trajectoires elliptiques. Ces découvertes furent ensuite exploitées par Isaac Newton pour élaborer la théorie de la gravitation universelle.

Pour plus d'informations : Wikimedia Commons - Portrait of Johannes Kepler

Ambrose Swott - Comparaison - 2.png

Google Flange.jpg

Sir Google Flange possède plusieurs portraits dans les escaliers de Poudlard. Ces tableaux sont visibles dans les films Harry Potter à l'école des sorciers, Harry Potter et la Chambre des Secrets et Harry Potter et l'Ordre du Phénix. Selon la date présente sur le tableau, cette œuvre date de 1600. Un monogramme semblable à celui Albrecht Dürer et le mot « Abracadabra » sont également représentés. La représentation de la formule reprend celle de Quintus Serenus Sammonicus dans son ouvrage De Medicina Praecepta. Dans les coulisses du studio, le portrait de Poderick Crookshank est exposé dans un cadre au nom de Sir Google Flange. Cependant, l'erreur est rectifiée dans The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets.

Icône de détail Article détaillé : Google Flange

King Charles I.png

Le portrait original, King Charles I, a été réalisé en 1628 par Gerrit van Honthorst, un peintre de genre et d'histoire et un portraitiste flamand de la première moitié du XVIIe siècle. De mai à décembre 1628, Gerrit van Honthorst séjourne à Londres en compagnie de Joachim von Sandrart, son élève. Charles Ier lui confie une partie de la décoration intérieure de la Maison des banquets du palais de Whitehall. Cette œuvre est inhabituellement informelle et intime.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - King Charles I

Google Flange - Comparaison.png

Portrait d'un sorcier.png

Ce portrait, exposé dans le grand escalier de Poudlard, a été créé pour la saga cinématographique et est visible dans le film Harry Potter à l'école des sorciers près du palier du rez-de-chaussée de l'école de sorcellerie. Ce tableau est également présent dans le film Harry Potter et l'Ordre du Phénix et dans les studios de Leavesden, The Making of Harry Potter, auprès des autres portraits exposés dans les escaliers.

Thomas Howard, 14th Earl of Arundel - 2.png

Le tableau d'origine est un portrait daté de 1629 représentant Thomas Howard, un collectionneur d'art et le 14e comte d'Arundel, et peint par Pierre Paul Rubens. Rubens a produit au cours de sa carrière des œuvres considérable dans des genres divers. Il accepte de peindre un grand nombre de portraits et prête peu d'attention aux détails. Il est extrêmement productif, réalisant 1 403 peintures selon certaines estimations. Il réalise surtout de grands projets religieux, des peintures mythologiques, et d'importantes séries de peintures historiques. Il joue également un rôle diplomatique important à son époque et jouit d'une position sociale inhabituelle pour les artistes à son époque.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Thomas Howard, 14th Earl of Arundel

Thomas Howard - Comparaison.png

Edward Rabnott HP5 PC.jpg
Guillemet.png
Trois têtes valent mieux qu'une
— Mot de passe d'Edward Rabnott[src]

Le portrait d'Edward Rabnott est un tableau visible dans les films Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban et Harry Potter et l'Ordre du Phénix. Dans la version PC, PS2, PS3, Xbox 360 et Wii du cinquième jeu, trois voix distinctes appartiennent à ce portrait, laissant supposer une triple personnalité. Par ailleurs, Edward Rabnott possède deux portraits pouvant communiquer entre eux à l'aide du mot de passe « Trois têtes valent mieux qu'une ». Le premier se situe au septième étage et le second au quatrième étage. Dans la version PSP, cette triple personnalité est explicitée en présentant les trois facettes du personnage. Une version du tableau existe donc avec un seul Edward Rabnott de face et une seconde présente trois portraits d'Edward sur la même toile. Edward Rabnott est peut-être de la même famille que Modesty Rabnott.

Icône de détail Article détaillé : Edward Rabnott

Charles I.jpg

L'œuvre originale, Charles I, a été peinte par Antoine van Dyck en 1635-1634. Probablement une des toiles représentant Charles Ier, roi d'Angleterre, les plus célèbres, ce tableau appartient à la Royal Collection. Cette toile a été commandée à Van Dyck pour servir de modèle au sculpteur italien Le Bernin qui devait réaliser un buste en marbre de Charles Ier. C'est pourquoi l'artiste a réalisé un portrait représentant Charles Ier de face et de profil. Les trois points de vue ont été choisis pour permettre au sculpteur de créer une sculpture en trois dimensions. Antoine van Dyck a d'ailleurs peint de nombreuses fois le roi Charles Ier.

Pour plus d'informations : Royal Collection Trust - Charles I

Edward Rabnott - Comparaison.png

Elizabeth Burke.jpg
Guillemet.png
Serpentard pour toujours
— Mot de passe d'Elizabeth Burke[src]

Ce tableau représente Elizabeth Burke, une sorcière probablement de Sang-Pur. Son tableau apparait dans de nombreux films et jeux de la saga et peut également être retrouvé aux studios de Leavesden. Selon ces apparitions, le tableau n'occupe pas toujours la même place. Il est le plus souvent dans le grand escalier mais apparait dans le bureau du directeur de Poudlard dans le second film et dans le manoir des Malefoy dans le jeu Harry Potter et les Reliques de la Mort : 1ère partie. Ses apparitions les plus notables sont celles des adaptations des jeux Harry Potter et l'Ordre du Phénix où son portrait cache un passage secret. Selon les plateformes, le mot de passe peut être « Serpentard pour toujours » ou « Facta, non verba ». L'inscription latine « Aetatis XXXV » apparaît également sur le tableau, on peut donc supposer que le tableau a été réalisé lorsqu'Elizabeth Burke avait 35 ans. Elle est peut-être également liée à Caractacus Beurk, Burke en version originale, l'un des fondateurs de Barjow et Beurk.

Icône de détail Article détaillé : Elizabeth Burke

Bess of Hardwick.png

Bess of Hardwick est le portrait d'Elizabeth Hardwick, comtesse de Shrewsbury, une aristocrate du XVIe siècle. Elle est notamment connue pour avoir fait bâtir plusieurs châteaux dont le Hardwick Hall, le château qui a servi de base pour la réalisation du manoir des Malefoy dans l'avant-dernier film. Il peut être intéressant de noter que son portrait apparait justement dans ce manoir dans le jeu vidéo. Ce portrait, probablement réalisé au XVIIe siècle est basé sur une œuvre des années 1590. Ce tableau de Bess de Hardwick, où elle est représentée en robe de deuil, est exposé à la National Portrait Gallery de Londres.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Bess of Hardwick

Elizabeth Burke - Comparaison.png

Portrait de Norbert Dragonneau.jpg

Ce portrait, visible dans le film Harry Potter et la Chambre des Secrets, a été l'une des premières représentations de Norbert Dragonneau, Newt Scamander en version originale, le célèbre magizoologiste. Protagoniste de la pentalogie Les Animaux fantastiques où nous suivons ses aventures face au mage noir Gellert Grindelwald, Norbert Dragonneau est l'auteur du manuel scolaire Vie et habitat des animaux fantastiques que les fans peuvent lire sous le nom Les Animaux fantastiques. Ce portrait est accroché dans le bureau du directeur de Poudlard et nous pouvons y retrouver le monogramme d'Albrecht Dürer, un célèbre peintre allemand de la Renaissance.

Icône de détail Article détaillé : Norbert Dragonneau

Archibald Campbell, 1st Marquess of Argyll.jpg

Le tableau d'origine est un portrait d'Archibald Campbell, le premier marquis d'Argyll, peint aux alentours de l'année 1661 par le peintre David Scougall. L'artiste n'a pas essayé de dissimuler le strabisme d'Archibald Campbell. Ce marquis a rejoint les opposants à la politique royale et fut notamment signataire du National Covenant. Il s'est opposé fermement à Montrose et était ami de Cromwell. Il a été décapité après la Restauration, en 1661. Cette œuvre est exposée à la Scottish National Portrait Gallery.

Pour plus d'informations : National Galleries Scotland - Archibald Campbell, 1st Marquess of Argyll

Norbert Dragonneau - Comparaison.png

Ambrose Swott.jpg

Le second tableau représentant Ambrose Swott précise que ce sorcier a été professeur à Poudlard et nous le montre comme portant des lunettes. Ce portrait est exposé dans le grand escalier et, même s'il a été créé pour la saga cinématographique, nous pouvons le retrouver par exemple dans Harry Potter : Secret à Poudlard. Le tableau est également exposé dans The Making of Harry Potter aux studios de Leavesden. Rappelons tout de même que le premier tableau de ce personnage est exposé dans le bureau du directeur de l'école.

Icône de détail Article détaillé : Ambrose Swott

Sir Godfrey Kneller Bt.png

Le portrait d'origine, Sir Godfrey Kneller, Bt, est un autoportrait de Godfrey Kneller, un peintre de portraits britannique et d'origine allemande. Peint en 1685, ce tableau appartient maintenant à la National Portrait Gallery depuis 1951. Élève de Ferdinand Bol et probablement de Rembrandt, Godfrey, ou Gottfried, Kneller a beaucoup voyagé et s'est notamment rendu en Italie avant de s'établir en Angleterre où il fait le portrait des plus grandes figures de l'époque, anglaises ou étrangères.

Pour plus d'informations : Portrait Gallery - Sir Godfrey Kneller, Bt

Ambrose Swott - Comparaison.png

Percival Pratt 2.jpg
Guillemet.png
Sachez avancez doucement ou sur le sol vous tomberez durement
— Percival Pratt[src]

Percival Pratt est un poète extravagant. Ce tableau est surtout connu pour son apparition dans le cinquième jeu sur PC, PS2, PS3, Xbox 360 et Wii où il dissimule un passage secret. Percival lance une quête farfelue au joueur en le contraignant à devoir aller voir d'autres portraits qui eux-mêmes l'envoient vers d'autres tableaux de l'école. Au bout de cette quête nous découvrons le mot de passe tant attendu : « Ce mot de passe est idiot ». En plus de cette apparition, nous pouvons voir son portrait dans quatre des films, dans un autre jeu et dans les studios de Leavesden. Le tableau fictif est peint par un certain John Homme. Ce tableau apparait également au sein d'une autre toile, dans l'arrière-plan de l'œuvre représentant des joueurs d'échecs version sorcier dans la salle commune de Gryffondor.

Icône de détail Article détaillé : Percival Pratt

John Fletcher.png

Le tableau original, intitulé sobrement John Fletcher, est le portrait du dramaturge et poète éponyme. Ce portrait, d'auteur inconnu, a été peint à fin du XVIIe siècle, d'après une œuvre des années 1620. Le tableau représente donc John Fletcher un poète, comme Percival Pratt, et dramaturge anglais du XVIe-XVIIe siècle. Il a notamment collaboré avec William Shakespeare pour quelques pièces, notamment Les Deux Nobles Cousins et Henri VIII. Ce portrait montre Fletcher tenant une branche de laurier, un attribut traditionnel des écrivains et des poètes. Le laurier, symbole d'éternité, est utilisé pour suggérer que les grandes œuvres littéraires survivent dans la postérité.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - John Fletcher

Percival Pratt - Comparaison.png

xviiie siècle

Edessa Sakndenberg.jpg

Edessa Sakndenberg, parfois orthographié Skanderberg, la sorcière représentée sur ce portrait, est une ancienne directrice de Poudlard possédant plusieurs portraits à son effigie à Poudlard. Selon la date inscrite sur l'œuvre, ce tableau aurait été peint en 1503. Ces portraits sont exposés dans le bureau du directeur de Poudlard, dans le grand escalier et dans certains couloirs du château. Ils peuvent être aperçus dans le deuxième et troisième film et dans de nombreux jeux. D'après le livre A Guide to the Graphic Arts Department: Posters, Prints, and Publications from the Harry Potter Films, Edessa Sakndenberg est également l'auteur de Vie domestique et habitudes sociales des Moldus britanniques. Cependant dans Les Animaux fantastiques, il est précisé que c'est à Wilhelm Wigworthy que l'on doit cet ouvrage.

Icône de détail Article détaillé : Edessa Sakndenberg

The hen wife.jpg

The Hen Wife, l'œuvre originale est un portrait d'une femme écossaise daté de 1706 et peint par Richard Waitt, un peintre écossais, élève de John Scougal et mort en 1732. Conservée dans une collection privée, ce tableau présente une femme possédant une broche traditionnelle écossaise, proche des ancestrales fibules, ainsi qu'une façon toute particulière de se vêtir.

Pour plus d'informations : Institut du Grenat - Costume et bijoux traditionnels d’Ecosse: portrait de femme par Richard Waitt

Edessa Sakndenberg - Comparaison.png

Tableau de salle commune de Gryffondor.jpg

Ce tableau est exposé dans la salle commune de Gryffondor et représente une partie d'échecs version sorcier entre Podric Piles, Tobias Stump et Uric Oafley. Muldoon Cragg est également présent. La pièce représentée accueille des tableaux, eux aussi créés pour la saga, comme celui de Percival Pratt par exemple. Les noms des sorciers peints sont indiqués en bas à gauche de l'œuvre. Cette peinture est visible dans les films, dans jeux, dans The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets et dans les expositions Harry Potter, comme The Making of Harry Potter. Ils sont dérangés par le chevalier du Catogan dans le troisième film et se bouchent les oreilles dans le film suivant lorsque Harry Potter ouvre son œuf d'or.

Icône de détail Articles détaillés : Podric Piles, Tobias Stump, Muldoon Cragg et Uric Oafley

Le Contrat de Mariage.jpg

Le Contrat de Mariage est le premier tableau de la série Marriage A-la-Mode, composée de six tableaux peints par William Hogarth, un graveur, peintre, et philanthrope anglais, entre 1743 et 1745. Ces peintures moralistes montrent les résultats désastreux d'un mariage arrangé pour de l'argent et sont une satire du favoritisme et de l'esthétique. Dans ce tableau, le Comte Squanderfield fait face au vicomte, père du jeune homme, qui négocie les termes de l'accord qui permettra à sa famille de bénéficier du prestige des Squanderfield. Les deux futurs mariés se tournent le dos. Les tableaux de la série sont exposés à la National Gallery de Londres.

Pour plus d'informations : National Gallery - Marriage A-la-Mode: 1, The Marriage Settlement

Tableau de la salle commune de Gryffondor - Comparaison.png

Henry Bumblepuft.jpg

Le tableau représentant Henry Bumblepuft est un portrait exposé dans le grand escalier et visible dans les films Harry Potter à l'école des sorciers, Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban et Harry Potter et l'Ordre du Phénix. Il est également présent dans le livre The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets. Selon les inscriptions du tableau, il a été conçu en 1542. L'indication latine « Anno Aetatis Suae XLIX » précise également que le tableau a été réalisé lorsque Henry Bumblepuft avait 49 ans. On peut donc en déduire sa date de naissance, 1492 ou 1493. Le portrait est également inspiré de Stuart Craig, le chef décorateur travaillant sur la saga cinématographique de Harry Potter et la saga des Animaux fantastiques.

Icône de détail Article détaillé : Henry Bumblepuft

The Painter and his Pug.jpg

Cet autoportrait de William Hogarth, un graveur, peintre, et philanthrope anglais, a été réalisé en 1745 et s'intitule The Painter and his Pug. Hogarth a commencé cet autoportrait au milieu des années 1730. Au départ, il montrait l'artiste dans une tenue plus formelle mais il a finalement opté pour des vêtements informels. La toile ovale contenant le portrait de William Hogarth est appuyée sur des volumes de William Shakespeare, Jonathan Swift et John Milton. Sur sa palette se trouve l'inscription « Line of Beauty and Grace » témoigne de l'ambition professionnelle de l'artiste.

Pour plus d'informations : Tate - The Painter and his Pug

Henry Bumblepuft - Comparaison.png

Portrait de 6 sorciers.jpg

Ce tableau présente le portrait de six sujets. Visible dans le film Harry Potter à l'école des sorciers, près du palier du rez-de-chaussée dans le grand escalier, et dans le film Harry Potter et l'Ordre du Phénix, dans les escaliers du château de Poudlard, cette œuvre est également exposée dans The Making of Harry Potter, les studios de tournage de Leavesden.

Heads of Six of Hogarth’s Servants.jpg

Heads of Six of Hogarth’s Servants est une œuvre de William Hogarth peint aux alentours de 1750–1755. Ce portrait de groupe était exposé dans l'atelier de William Hogarth Hogarth pour démontrer son talent aux potentiels clients. Les portraits de serviteurs de cette période sont rares et la décision de Hogarth de peindre ses serviteurs de cette manière est unique. Il est conservé à la Tate Britain de Londres.

Pour plus d'informations : Tate - Heads of Six of Hogarth’s Servants

Heads of Six of Hogarth’s Servants - Comparaison.png

Heliotrope Wilkins.jpg

Le portrait représentant Heliotrope Wilkins est visible dans le film Harry Potter et la Chambre des Secrets, dans le bureau du directeur de Poudlard. Une version LEGO de ce portrait est également visible dans les jeux LEGO Harry Potter : Années 1 à 4 et LEGO Harry Potter : Années 5 à 7. Le tableau apparait aussi aux studios de Leavesden, The Making of Harry Potter. Alors que le tableau est exposé dans le bureau d'Albus Dumbledore dans les studios et dans le second film, les jeux LEGO placent ce portrait dans le grand escalier.

Icône de détail Article détaillé : Heliotrope Wilkins

Jean-Jacques Rousseau.jpg

Conservé par la Scottish National Gallery, ce portrait de Jean-Jacques Rousseau a été peint par Allan Ramsay en 1766. Jean-Jacques Rousseau, célèbre écrivain et philosophe genevois francophone, porte dans cette représentation un chapeau de fourrure et une veste bordée de fourrure. Cette tenue avait suscité la curiosité de la société londonienne après l'arrivée de Rousseau en Grande-Bretagne en 1766. Ramsay a choisi un fond sombre qui souligne la chute de lumière sur la tête et le cou du philosophe alors qu'il se tourne vers l'artiste et le spectateur. Allan Ramsay a peint ce portrait comme un cadeau pour son ami proche David Hume, l'hôte de Rousseau à Londres.

Pour plus d'informations : National Galleries Scotland - Jean-Jacques Rousseau

Heliotrope Wilkins - Comparaison.png

Tableau - Balançoire.jpg

Ce tableau représentant deux jeunes amants faisant de la balançoire dans un cimetière est visible dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban. Lorsque la grosse dame se fait agresser, l'homme dans le tableau se rend dans un tableau mitoyen pour cacher les yeux des jeunes femmes représentées. Ce tableau est également visible dans l'adaptation en jeu vidéo du cinquième tome et du sixième tome de la saga.

Les Hasards heureux de l'escarpolette.jpg

Les Hasards heureux de l'escarpolette, The Swing en anglais, est une des toiles les plus célèbres de Jean-Honoré Fragonard, un peintre français spécialisé dans le genre libertin et les scènes galantes. Peint aux alentours des années 1767-1768, cette peinture est emblématique du mouvement rococo. Nous pouvons y voir une jeune femme en robe rose qui se balance et dévoile ses jambes à son amant pendant que son mari reste dans l'ombre. Depuis 1900, cette œuvre est exposée à la Wallace Collection, un musée londonien regroupant une importante collection d'art.

Pour plus d'informations : The Wallace Collection - Les Hasards heureux de l'escarpolette

Les Hasards heureux de l'escarpolette - Comparaison.png

Emeric G. Changé.jpg

Ce portrait représente Emeric G. Changé, Emeric Switch en version originale. Mentionné dans le premier livre, il est l'auteur de Manuel de métamorphose à l'usage des débutants. Selon le film Les Animaux fantastiques, Emeric G. Changé a également écrit un article sur les aspects scientifiques de la métamorphose humaine pour un numéro de 1926 du Mensuel de la métamorphose. Ce portrait, accroché dans le grand escalier de Poudlard, suggèrant également qu'Emeric G. Changé ait été professeur. Le nom original d'Emeric G. Changé, Switch, vient du verbe anglais switch signifiant « changer » ou « remplacer ». Ce nom fait évidemment référence à la métamorphose comme la traduction française du nom, « G. Changé » qui, phonétiquement, peut s'écrire « j'ai changé ».

Icône de détail Article détaillé : Emeric G. Changé

Robert Southey.png

Comme Emeric G. Changé, Robert Southey, le sujet du tableau original, est un auteur reconnu. Écrivain romantique anglais, il est célèbre pour sa poésie, mais il a également écrit de nombreuses biographies, divers récits et des quelques traductions. Ce portrait de 1795 a été réalisé par Peter Vandyke, un peintre hollandais du XVIIIe siècle. Ce portrait a été peint pour Joseph Cottle, un éditeur et auteur anglais.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Robert Southey

Emeric G. Changé - Comparaison.png

Portrait d'une sorcière - 4.jpg

Ce portrait a été créé pour la saga cinématographique Harry Potter et apparait dans le premier film Harry Potter à l'école des sorciers. Le tableau représente une sorcière et est exposé dans le grand escalier du château de Poudlard, près du palier du troisième étage. Il est visible lorsque Harry, Ron et Hermione sont victimes des caprices des escaliers qui bougent seuls. Cette œuvre est également présente dans le livre The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets. Ce tableau apparait également au sein d'une autre toile, dans l'arrière-plan de l'œuvre représentant des joueurs d'échecs version sorcier dans la salle commune de Gryffondor.

Mary Wollstonecraft.png

Le tableau d'origine a été peint aux alentours de 1797 par John Opie, un peintre britannique d'histoire et de portraits, et représente Mary Wollstonecraft. Mary Wollstonecraft est une maîtresse d'école, femme de lettres, philosophe et féministe anglaise. Elle est principalement connue pour avoir écrit Défense des droits de la femme, un pamphlet contre la société patriarcale de son temps. Elle y avance l'idée que si les femmes paraissent inférieures aux hommes, c'est là une injustice non pas liée à la nature mais résultant du manque d'éducation appropriée auquel elles se trouvent soumises. Pour elle, hommes et femmes sans distinction méritent d'être traités en êtres rationnels, ce qui implique que l'ordre social soit fondé sur la raison. Elle est également la mère de Mary Shelley.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Mary Wollstonecraft

Mary Wollstonecraft - Comparaison.png

xixe siècle

Tableau du 4, Privet Drive.jpg

Ce tableau est exposé dans l'entrée du 4, Privet Drive, le domicile de la famille Dursley à Little Whinging. Cette œuvre est visible dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban et est également exposé dans le décor de la maison de Vernon et Pétunia Dursley dans les studios, The Making of Harry Potter. La peinture n'étant pas exposée dans l'enceinte de Poudlard, elle n'a pas été modifiée de manière à la rendre plus magique.

Moulin de Flatford.jpg

Moulin de Flatford est une peinture de John Constable datant de 1816 ou 1817. Le père de John Constable, riche exploitant agricole, tenait le florissant moulin sur la Stour, à Flattford, entre East Bergholt et Dedham. John Constable, né en 1776 et mort en 1837, est un peintre paysagiste britannique, formé à la Royal Academy et un ancien professeur de l'université de Cambridge.

Pour plus d'informations : Tate - Flatford Mill (‘Scene on a Navigable River’)

Moulin de Flatford - Comparaison.png

Reginald Heartachus.jpg

Cette peinture est un portrait d'un sorcier nommé Reginald Heartachus en train de lire un livre. Visible dans le film Harry Potter à l'école des sorciers et dans le livre dérivé The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets, présent dans le coffret Harry Potter Limited Edition sorti en décembre 2012, ce tableau le grand escalier, près du rez-de-chaussée. Ce portrait, fictif, a été peint par un certain Bimp, un artiste, qui a signé son œuvre à côté du nom du modèle en bas à gauche de la toile.

Icône de détail Article détaillé : Reginald Heartachus

John Keats.png

Peint par Joseph Severn, un peintre anglais, dans les années 1821-1823, cette œuvre représente son ami John Keats. John Keats est un célèbre poète britannique romantique. Sa poésie se réclame de nombreux genres dont le sonnet, la romance spensérienne et l'épopée qu'il remodèle selon ses exigences. Ses œuvres les plus admirées sont les six odes datées de 1819, l'Ode sur l'indolence, l'Ode sur la mélancolie, l'Ode à Psyché, l'Ode sur une urne grecque, l'Ode à un rossignol et l'Ode à l'automne, souvent considérée comme le poème le plus abouti jamais écrit en anglais.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - John Keats

Reginald Heartachus - Comparaison.png

Portrait d'un sorcier - 3.png

Ce portrait, représentant un sorcier moustachu, a été créé pour la saga cinématographique Harry Potter et est exposé dans le grand escalier de Poudlard, l'école de sorcellerie. Visible dans les studios de Leavesden, The Making of Harry Potter, ce portrait apparait aussi dans le livre dérivé de 2017 L'Art de Harry Potter et dans The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets.

Lord Byron.png

Le tableau d'origine est une œuvre de Thomas Phillips, un portraitiste britannique membre de la Royal Academy, peint aux alentours de 1835 et basée sur un travail de 1813. Ce portrait représente Lord Byron, un poète britannique, figure du romantisme. Ce portrait montre Lord Byron à l'âge de 25 ans, vêtu d'un costume traditionnel albanais. C'est l'une des images les plus célèbres du poète. Lord Byron a visité l'Albanie en 1809 et a adoré les costumes traditionnels qu'il a vus lors de son séjour. Le tableau est actuellement exposé à la National Portrait Gallery de Londres.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Lord Byron

Lord Byron - Comparaison.png

Podric Batworthy.jpg

Le sorcier représenté sur ce portrait est Podric Batworthy, possède, comme Albus Dumbledore, le titre d'Enchanteur-en-chef et un Ordre de Merlin première classe. Visible dans les films Harry Potter à l'école des sorciers et Harry Potter et l'Ordre du Phénix, son tableau est exposé dans le grand escalier de l'école de sorcellerie Poudlard. Cette œuvre d'art apparait également dans le livre dérivé The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets.

Icône de détail Article détaillé : Podric Batworthy

Charles Dickens.png

Le portrait original est un tableau représentant Charles Dickens, peint par son ami Daniel Maclise, un peintre irlandais, en 1839. Charles Dickens est considéré comme le plus grand romancier de l'époque victorienne. Parmi ses œuvres, les plus connues sont Oliver Twist, David Copperfield et Les Grandes Espérances. Auteur prolifique, il a publié quinze romans majeurs, cinq livres de moindre envergure, des pièces de théâtre et des centaines de nouvelles et d'articles portant sur des sujets littéraires ou de société.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Charles Dickens

Podric Batworthy - Comparaison.png

Selina Sapworthy.png

Ce tableau présente Selina Sapworthy, une sorcière principalement connue pour être l'auteur des livres La xylomancie et Les Extraordinaires Plantes Aquatiques de Winogrand. Ancienne élève de Gryffondor, Selina découvre la collection de plantes aquatiques de Sir Winogrand en Afrique. À son retour en Angleterre, elle étudie différents échantillons de ces plantes et devient la plus grande experte de la collection. Elle écrit un livre à ce sujet qui remporte le prix du livre de botanique de l'année décerné par la Haute Commission de Botanique et sera utilisé pendant de nombreuses années à Poudlard. Selina est également une loyale servante de l'équipe internationale de Quidditch. Son portrait, visible dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, est accroché dans le grand escalier de Poudlard près du palier du sixième étage.

Icône de détail Article détaillé : Selina Sapworthy

Mary Shelley.png

Peint par Richard Rothwell aux alentours de l'année 1840, ce portrait représente Mary Shelley, une autrice britannique, comme Selina Sapworthy, surtout connue pour avoir écrit le roman gothique Frankenstein ou le Prométhée moderne. Fille de la féministe Mary Wollstonecraft et de l'écrivain William Godwin, elle est mariée au poète Percy Bysshe Shelley. Richard Rothwell, lui, est un portraitiste et peintre irlandais.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Mary Shelley

Selina Sapworthy - Comparaison.png

Limebert.jpg

Le portrait de Limebert est exposé dans le bureau du directeur de Poudlard. Ce tableau est visible dans le second volet de la saga Harry Potter, Harry Potter et la Chambre des Secrets, dans The Making of Harry Potter, le studio de Leavesden, et le parc d'attractions The Wizarding World of Harry Potter dans les studios Universal à Orlando, en Floride. Ancien directeur de l'école de sorcellerie, Limebert porte des lorgnons et son nom est connu grâce à l'inscription « Limebert » présente sur l'œuvre.

Icône de détail Article détaillé : Limebert

Portrait of Archeologist Michelangelo Lanci.jpg

Exposé à la Tretyakov Gallery, Portrait of the Archeologist Michelangelo Lanci est une œuvre datant de 1851 et peinte par Karl Brioullov, un célèbre peintre russe considéré comme une figure clé dans la transition du néoclassicisme au romantisme en Russie. Le sujet du portrait, Michelangelo Lanci, est un archéologue italien et professeur de langues orientales. Connaissance de Michelangelo, Karl Brioullov ne cache pas la vieillesse de son ami. Michelangelo Lanci lève les yeux vers le spectateur, comme s'il entendait une question ou attendait une réponse. Ce sentiment est accentué par le geste de sa main capturé par l'artiste dans un mouvement aléatoire.

Pour plus d'informations : Tretyakov Gallery - Портрет археолога Микеланджело Ланчи (1779-1867)

Limebert - Comparaison.png

Phyllida Augirolle.jpg

Ce portrait représente Dame Phyllida Augirolle, auteure du livre Mille herbes et champignons magiques, un manuel utilisé par les première année à Poudlard. Elle est également l'auteure de Se soigner à la maison avec des herbes. En 1408, un portrait de Phyllida Augirolle est peint. Un second portrait, exposé dans le bureau du directeur, comprend l'inscription « arbiter elegantiae » qui, reprenant une locution de Pétrone, pourrait se traduire par « arbitre d'élégance ». Phyllida vient du grec φυλλάς, qui signifie « feuillage », et Augirolle vient de la girolle, un champignon comestible. Ces deux origines renvoient à la botanique, sujet maitrisé par Phyllida Augirolle. Son nom original, Spore, se réfère au corpuscule reproducteur de nombreux végétaux.

Icône de détail Article détaillé : Phyllida Augirolle

Elizabeth Barrett Browning.png

Le tableau d'origine, conservé à la National Portrait Gallery, représente Elizabeth Barrett Browning et a été peint en 1858 par Michele Gordigiani. Destiné à l'attention de Sophia May Eckley, ce portrait est décrit par Robert Browning comme peu ressemblant. Elizabeth Barrett Browning est une célèbre poétesse, essayiste et pamphlétaire anglaise de l'ère victorienne. Michele Gordigiani, lui, est un artiste peintre italien connu pour ses portraits.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Elizabeth Barrett Browning

Phyllida Augirolle - Comparaison.png

Minerva McGonagall - Portrait.jpg

Ce portrait, visible dans la salle commune de Gryffondor, représente Minerva McGonagall jeune. Professeure de métamorphose, directrice-adjointe de Poudlard, directrice de Gryffondor et directrice de Poudlard à partir de 1998, Minerva McGonagall est une des collègues et amies proches d'Albus Dumbledore. Sorcière très puissante, elle fait partie de l'Ordre du Phénix et participe à la bataille de Poudlard. Minerva est également une Animagus ayant la capacité de se métamorphoser en chat, animal présent sur cette peinture. Originaire des Highlands d'Écosse, elle est la fille de Robert McGonagall, un Moldu, et d'Isobel Ross, une sorcière. Elle étudie à l'école Poudlard puis a fait courte carrière au ministère de la Magie, au Département de la justice magique, où elle rencontre son futur mari Elphinstone Urquart. Elle poursuit ensuite une carrière d'enseignante à Poudlard et perd son mari.

Icône de détail Article détaillé : Minerva McGonagall

Symphony in Flesh Color and Pink - Portrait of Mrs. Frances Leyland.jpg

Le tableau d'origine, Symphony in Flesh Color and Pink: Portrait of Mrs. Frances Leyland, est un portrait de la Frick Collection et a été peint entre 1871 et 1874 par James Abbott McNeill Whistler. James McNeill Whistler est un célèbre peintre et graveur américain, lié aux mouvements symboliste et impressionniste. Le sujet du tableau est Frances Dawson, l'épouse de Frederick Leyland, un grand collectionneur d'art. Commandé à l'automne 1871, ce portrait a été exposé lors de la première exposition personnelle de James McNeill Whistler en 1874 mais n'a jamais été considéré par l'artiste comme totalement terminé. Le sujet est représenté vêtu d'une robe multicouche conçue par l'artiste. Les motifs abstraits suggèrent le profond intérêt de Whistler pour l'art japonais à cette époque. La prédominance du rose est destinée à mettre en valeur les cheveux roux de Frances Leyland.

Pour plus d'informations : The Frick Collection - Symphony in Flesh Color and Pink: Portrait of Mrs. Frances Leyland

Minerva McGonagall - Comparaison.png

FytherleyUndercliffe.JPG

Le portrait représentant Fytherley Undercliffe est un tableau exposé dans le bureau du directeur de Poudlard, l'école de sorcellerie, et est visible dans les adaptations cinématographiques de Harry Potter et la Chambre des Secrets et Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban. Il apparait également dans un couloir tapissé du château dans le film Harry Potter et la Coupe de Feu. Ce portrait a été peint en 1531 selon la date inscrite et le cadre porte l'inscription « Virtutes, Archangeli, Angeli, Principatus, Dominationes, Seraphin, Cherubin, Throni », reprenant la hiérarchie des anges dans la religion chrétienne. Ce portrait apparait également dans le jeu vidéo Harry Potter : Secret à Poudlard, dans le livre dérivé The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets et dans le décor du bureau du directeur dans les studios de Leavesden, The Making of Harry Potter.

Icône de détail Article détaillé : Fytherley Undercliffe

Protodeacon.jpg

L'œuvre originale est une peinture de 1877 réalisée par Ilia Répine. Cette toile représente un protodiacre, le diacre principal du diocèse dans l'Église orthodoxe. Ilia Iefimovitch Répine est un célèbre peintre russe né en 1844 et mort en 1930. Membre d'un groupe de peintres réalistes et académicien de l'Académie impériale des beaux-arts, Ilia Répine est également professeur, maître d'atelier, recteur de l'académie et enseignant à l'école d'art et d'artisanat de Maria Tenicheva. Dès le début de son activité créatrice, dans les années 1870, Répine devient une des figures clés du réalisme russe et compose une galerie de portraits de ses contemporains. Il travaille comme peintre d'histoire et de scènes de genre et trouve son inspiration dans la peinture de la société qui lui est contemporaine.

Pour plus d'informations : Tretyakov Gallery - Протодиакон

Fytherley Undercliffe - Comparaison.png

Tobias Misslethorpe 2.jpg

Cette œuvre représentant Tobias Misslethorpe a été peinte par le peintre fictif Oliver Cartwright. Ce sorcier est le fondateur de Sorcière-Hebdo, Witch Weekly en version originale, le magazine qui a attribué à Gilderoy Lockhart cinq fois de suite le prix du sourire le plus charmeur décerné par ses lectrices. Ce portrait est visible dans le film Harry Potter et l'Ordre du Phénix et dans les jeux Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, Harry Potter et l'Ordre du Phénix et Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé. Plus récemment, les fans ont pu l'apercevoir dans la bibliothèque de Poudlard dans le jeu Harry Potter : Secret à Poudlard. Les traits de Tobias Misslethorpe sont également inspirés du physique de Barry Wilkinson, le chef accessoiriste travaillant sur la saga cinématographique de Harry Potter.

Icône de détail Article détaillé : Tobias Misslethorpe

Benjamin Disraeli, Earl of Beaconsfield.png

Peint en 1881 par John Everett Millais, un peintre et illustrateur britannique préraphaélite, ce portrait de Benjamin Disraeli appartient à la National Portrait Gallery de Londres. Benjamin Disraeli est un homme d'État et écrivain britannique, Premier ministre du Royaume-Uni à deux reprises, une première fois en 1868 puis une seconde de 1874 à 1880. Il joue un rôle central dans la création du Parti conservateur moderne dont il formalise la doctrine. Par sa grande influence sur la politique étrangère, il associe les conservateurs à la gloire et à la puissance de l'Empire britannique.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Benjamin Disraeli, Earl of Beaconsfield

Tobias Misslethorpe - Comparaison.png

Portrait de la salle commune de Gryffondor.jpg

Le tableau représentant ce sorcier est exposé dans la salle commune de Gryffondor et est visible dans de nombreux films, à savoir les six premières adaptations de la saga Harry Potter. Le sujet du tableau est un ancien directeur de la maison Gryffondor. Présent aussi dans les jeux Harry Potter et l'Ordre du Phénix et Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, c'est Martial Le Minoux qui prête sa voix à ce sorcier dans l'adaptation vidéoludique du cinquième tome. Dans ce jeu sur PC, PS2, PS3, Xbox 360 et Wii, ce portrait peut discuter avec Harry Potter à propos de ses parents, James et Lily Potter.

Charles Darwin.png

Le tableau d'origine, un portrait de Charles Darwin, est une œuvre de 1883 par John Collier, basée sur un travail de 1881. John Collier est un peintre britannique préraphaélite et Charles Darwin est un célèbre naturaliste et paléontologue anglais dont les travaux sur l'évolution des espèces vivantes ont révolutionné la biologie avec son livre L'Origine des espèces paru en 1859. Exposé à la National Portrait Gallery, ce portrait est également utilisé comme modèle pour un second tableau créé pour la saga.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Charles Darwin

Charles Darwin - Comparaison 1.png

Portrait d'un sorcier en rouge.png

Ce tableau représente un sorcier vêtu d'un long manteau rouge et possédant un chapeau rouge également. Ce sorcier, dégarni, possède aussi une longue barbe blanche. Ce portrait est exposé dans le grand escalier de Poudlard, l'école de sorcellerie. Visible dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban lorsque les élèves de l'école cherchent la grosse dame, ce tableau est également visible dans certains jeux, dans les escaliers, dont le jeu Harry Potter et l'Ordre du Phénix sur PC, PS2, PS3, Xbox 360, Wii. Cette œuvre d'art est également exposée parmi les autres portraits dans les studios de Leavesden, à The Making of Harry Potter.

Charles Darwin.png

Déjà utilisé comme source d'inspiration pour un portrait de la salle commune de Gryffondor, le tableau d'origine est un portrait de Charles Darwin peint en 1883 par John Collier, basée sur un travail de 1881. John Collier est peintre britannique préraphaélite et Charles Darwin est un célèbre naturaliste et paléontologue anglais dont les travaux sur l'évolution des espèces vivantes ont révolutionné la biologie avec son livre L'Origine des espèces paru en 1859. Il est maintenant exposé à la National Portrait Gallery.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Charles Darwin

Charles Darwin - Comparaison 2.png

Portrait d'une sorcière - 3.jpg

Ce portrait est un tableau peint par Thomasina Smith pour la saga cinématographique Harry Potter. Exposé dans les escaliers du château de Poudlard, l'école de sorcellerie, ce portrait est visible dans le film Harry Potter et l'Ordre du Phénix et est également présent dans les livres dérivés L'Art de Harry Potter et The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets. Il représente une sorcière avec une robe bleue, tenant une fleur dans sa main.

Mrs Albert Vickers.jpg

La peinture d'origine est une œuvre de 1884 peinte par John Singer Sargent, un peintre américain. Le modèle est Edith Foster Vickers, épouse d'Albert Vickers, un riche fabricant britannique et un des premiers clients importants de John Singer Sargent. Elle est la belle-sœur de Thomas Vickers, président de la société Vickers, un fabricant anglais d'équipement militaire. Elle est habillée avec une robe de soirée et cette robe révèle le goût progressif du modèle et la collaboration volontaire avec Sargent sur la conceptualisation du portrait. Cet historicisme astucieux a été salué par la critique à Paris et à Londres. Ce portrait est actuellement exposé au musée des Beaux-Arts de Virginie, le Virginia Museum of Fine Arts.

Pour plus d'informations : Virginia Museum of Fine Arts - Mrs. Albert Vickers

Portrait de sorcière 3 - Comparaison.png

Portrait dans la salle commune de Gryffondor.jpg

Ce portrait, exposé dans la salle commune de Gryffondor, représente une ancienne directrice de Gryffondor. Cette œuvre apparait dans les six premiers films de la saga cinématographique Harry Potter ainsi que dans les jeux Harry Potter et l'Ordre du Phénix et Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé. Le tableau est présent également dans Harry Potter : Secret à Poudlard et The Wizarding World of Harry Potter. Dans le jeu Harry Potter et l'Ordre du Phénix sur PC, PS2, PS3, Xbox 360 et Wii, la sorcière, interprétée par Florence Dumortier, se plaint de trouver de la poussière sur son cadre et Hermione Granger lui parle de S.A.L.E..

Portrait de la princesse de Beaumont.jpg

Princesse de Beaumont, le tableau d'origine, est une œuvre de John Singer Sargent peinte aux alentours de 1884. Appartenant à une collection privée, ce portrait aurait pour sujet la princesse Beaumont de Beaumont, de Liège en Belgique, épouse du prince Ruffo de Calibra. Ce tableau est l'un des moins connus de John Singer Sargent, peintre américain extrêmement prolifique ayant réalisé de nombreux portraits ayant servi d'inspiration pour ceux de la saga cinématographique Harry Potter. Proche du courant de l'impressionnisme américain, il composa environ neuf cents toiles et plus de deux mille aquarelles, ainsi que d'innombrables croquis et dessins.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Princesse de Beaumont

Portrait de la princesse de Beaumont - Comparaison.PNG

Vindictus Viridian.jpg

Ce portrait est l'un des deux tableaux représentant Vindictus Viridian dans Poudlard. Ancien professeur, Vindictus Viridian est également l'auteur de Sorts et contre-sorts et de Comment Apprivoiser les Tigres. Ce portrait est exposé dans le grand escalier de l'école mais un second portrait de Vindictus Viridian, en potionniste et peint en 1703, est accroché dans le bureau du directeur. Ce portrait de potionniste est également présent dans les escaliers selon les apparitions. Dans le jeu vidéo Harry Potter et l'Ordre du Phénix sur PC, PS2, PS3, Xbox 360 et Wii, un portrait de Vindictus Viridian garde l'entrée de la salle des Récompenses et accepte de laisser entrer le trio sous la menace de Mimi Geignarde.

Icône de détail Article détaillé : Vindictus Viridian

Sir Arthur Seymour Sullivan.png

Le portrait original est une peinture datant de 1888 réalisée par John Everett Millais, un peintre et illustrateur britannique préraphaélite. Le modèle est Arthur Sullivan, un compositeur britannique surtout connu pour sa collaboration avec le librettiste William S. Gilbert, pour des œuvres cosignées Gilbert et Sullivan. Au cours de carrière, il écrit vingt-trois opéras, treize œuvres orchestrales, huit oratorios, deux ballets, des mélodies et chansons, des œuvres chorales, des musiques de scène, des pièces religieuses, des pièces pour piano et de la musique de chambre.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Sir Arthur Seymour Sullivan

Vindictus Viridian - Comparaison.png

Seraphina Bones.jpg

Ce portrait représente Seraphina Bones, une sorcière. Elle est peut-être affiliée aux nombreux membres de la famille Bones que nous croisons au cours de la saga comme Amelia Bones, Edgar Bones ou Susan Bones. Nous pouvons croiser ce portrait dans cinq des adaptations cinématographiques, au Making of Harry Potter et au parc The Wizarding World of Harry Potter à Orlando. Étrangement, des petites modifications sont opérées sur ce portraits au niveau de la tenue ou des couleurs dans les films, probablement pour ne pas mettre exactement le même tableau à plusieurs endroits du grand escalier dans la même séquence. Ainsi, nous pouvons voir une version avec une robe moins colorée et une autre version identique à l'œuvre originale. En plus d'être exposé dans le grand escalier, un des portraits apparait également dans un couloir tapissé du château dans le film Harry Potter et la Coupe de Feu.

Icône de détail Article détaillé : Seraphina Bones

Elsie Palmer.jpg

L'œuvre originale, Miss Elsie Palmer, a été peinte en 1889-1890 par John Singer Sargent, un peintre américain qui a vécu essentiellement en Europe. Le portrait d'origine est réaliste et le modèle, Elsie Palmer, est représenté sur les boiseries en chêne du couloir sud-ouest d'Ightham Mote, le manoir où était invité John Singer Sargent par les parents de la famille Palmer. Ce portrait fait partie de la Collection of the Colorado Springs Fine Arts Center Funds. Plusieurs croquis antérieurs à ce portrait ont été conservés et sont exposés au Fogg Art Museum de Harvard.

Pour plus d'informations : John Singer Sargent - Elsie Palmer

Seraphina Bones - Comparaison.png

Tableau de l'infirmerie.png

Ce tableau représente un médecin au chevet d'un patient, allongé sur un lit. Justement, cette œuvre d'art est visible dans l'infirmerie de Poudlard, l'école de sorcellerie. On l'aperçoit dans le film Harry Potter à l'école des sorciers lorsque Albus Dumbledore vient rendre visite à Harry Potter à la fin de l'année scolaire 1991-1992, à la suite de son affrontement avec Quirinus Quirrell et Lord Voldemort dans les souterrains du château.

The Doctor.jpg

Le tableau d'origine, The Doctor, est une œuvre de 1891 peinte par Luke Fildes. Ce tableau représente un médecin victorien au chevet d'un enfant tandis que les parents impuissants regardent la scène. Il a été utilisé pour dépeindre les valeurs du médecin idéal et les insuffisances de la profession médicale. Il est très probablement basé sur la propre expérience de Fildes qui a perdu son fils.

Pour plus d'informations : Tate - The Doctor

The Doctor - Comparaison.png

Walter Aragon 2.jpg

Ce tableau de Walter Aragon est exposé, dans le troisième, le cinquième et le le sixième jeu Harry Potter, dans le grand escalier de Poudlard. Dans le sixième jeu, le portrait apparait même dans le bureau du directeur de Poudlard. En plus d'avoir été professeur à Poudlard, Walter Aragon est l'auteur d'un livre nommé Les Tritons de Bognor. Walter Aragon apparait également dans un tableau le représentant en train de jouer aux échecs avec Brian Gagwilde, tableau aussi exposé dans le bureau du directeur du château.

Icône de détail Article détaillé : Walter Aragon

Joe Chamberlain.png

Ce tableau est inspiré de Joe Chamberlain, un portrait de Joseph Chamberlain peint en 1896 par John Singer Sargent. Joseph Chamberlain est un homme d'État britannique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Impérialiste et protectionniste, il est notamment secrétaire aux colonies et provoque la scission du parti libéral à cause de son désaccord avec William Ewart Gladstone. Il est également le père d'Austen Chamberlain et d'Arthur Neville Chamberlain, deux célèbres hommes d'État britanniques.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Joe Chamberlain

Walter Aragon - Comparaison.png

Portrait d'un sorcier avec un hibou.jpg

Ce portrait a été conçu pour la saga cinématographique Harry Potter par le portraitiste Steve Mitchell. Exposé dans le bureau du directeur de Poudlard, il peut également être visible dans le parc d'attractions à Orlando The Wizarding World of Harry Potter. Une version rognée et inversée, qui correspond plus au tableau d'origine, est accrochée à côté de la salle de bains des préfets dans le jeu vidéo Harry Potter : Secret à Poudlard.

Tsar Ivan The Terrible.jpg

Le tableau d'origine est un portrait de Ivan le Terrible, Ivan IV Vassiliévitch, le premier tsar de Russie de 1547 à 1584. Ivan le Terrible est également connu pour avoir assassiné son fils aîné, Ivan Ivanovitch, en le frappant mortellement de son sceptre, alors que celui-ci est intervenu pour protéger l'enfant que portait sa troisième femme Yelena Cheremetieva, agressée par le tsar. Ce portrait a été peint en 1897 par Viktor Vasnetsov, un artiste russe spécialisé dans les représentations mythologiques et historiques. Il est considéré comme l'un des peintres les plus influents de l'art russe de son époque.

Pour plus d'informations : Wikimedia Commons - Tsar Ivan The Terrible

Ivan le Terrible - Comparaison.png

xxe siècle

Iris Pius.jpg

Le portrait d'Iris Pius est un tableau créé pour les adaptations cinématographiques de la saga Harry Potter. Cette œuvre d'art est exposée dans l'enceinte du château de Poudlard et apparait dans Harry Potter : l'Exposition, dans le parc d'attractions des studios d'Universal à Orlando, en Floride, The Wizarding World of Harry Potter, et dans le livre dérivé, faisant partie du coffret collector de 2012 mettant en avant Harry Potter : Des romans à l'écran, The Paintings of Hogwarts: Masterpieces from the School of Witchcraft and Wizardry Sets.

Icône de détail Article détaillé : Iris Pius

Gwen John.png

Le tableau d'origine est un autoportrait de Gwen John réalisé aux alentours de 1900. Gwen John est une artiste peintre galloise née à Haverfordwest en 1876 et morte à Dieppe en 1939. Active en France à partir 1904, elle peint principalement des portraits de femmes anonymes. Éclipsée de son vivant par son frère, le peintre Augustus John, son œuvre est redécouverte à partir des années 1950. Elle est considérée en Grande-Bretagne comme une des artistes les plus importantes du début du xxe siècle.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Gwen John

Iris Pius - Comparaison.png

Hengist Rawkes.png

Le portrait d'Hengist Rawkes est un des tableaux visibles dans le grand escalier de Poudlard. Dans les films Harry Potter à l'école des sorciers et Harry Potter et la Chambre des Secrets, son portrait est accroché dans les escaliers près du palier du premier étage. Pour le film Harry Potter et la Coupe de Feu, le tableau d'Hengist Rawkes est déplacé et est accroché sur le palier du rez-de-chaussée. Cette œuvre apparait aussi dans les jeux LEGO Harry Potter : Années 1 à 4 et LEGO Harry Potter : Années 5 à 7, où un portrait d'Hengist Rawkes, identique mais converti en style LEGO, se situe au niveau du palier rez-de-chaussée dans les escaliers et un second qui se trouve au rez-de-chaussée avant d'atteindre les escaliers.

Icône de détail Article détaillé : Hengist Rawkes

Lord Ribblesdale.jpg

La peinture d'origine, Lord Ribblesdale, est un tableau peint en 1902 par John Singer Sargent et représente Thomas Lister, le 4e baron Ribblesdale, un homme politique britannique. À l'origine, John Singer Sargent souhaitait le peindre en pleine chasse mais il a finalement abandonné l'idée. À la place, le baron Ribblesdale porte des vêtements de chasse informels et tient un fouet. Sa tenue est complétée par un grand pardessus Chesterfield déboutonné et un chapeau haut-de-forme. Avec une main sur sa hanche, sa pose est décontractée mais confiante. Le portrait a été très apprécié lors de sa première exposition à la Royal Academy en 1902. À la mort de Lord Ribblesdale en 1925, c'est le portrait qui a été reproduit dans sa nécrologie, bien qu'il ait été peint plus de vingt ans plus tôt.

Pour plus d'informations : National Gallery - Lord Ribblesdale

Hengist Rawkes - Comparaison.PNG

Basil Fronsac.jpg

Basil Fronsac possède un portrait dans le bureau du directeur de Poudlard et un second, celui-ci, est exposé dans le grand escalier. Dans les jeux Harry Potter et l'Ordre du Phénix et Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, les portraits de Basil Fronsac sont liés par des passages. En effet, dans le cinquième jeu, le portrait de Basil Fronsac dissimule un passage secret menant du deuxième étage au couloir de la bibliothèque et le mot de passe est « Succès studieux ». L'année suivante, le passage lie le grand escalier aux cachots et le mot de passe change en « Les livres libèrent ».

Icône de détail Article détaillé : Hengist Rawkes

Henry James.png

Henry James, peint en 1913 par John Singer Sargent, a inspiré l'équipe des films pour créer le portrait de Basil Fronsac. Henry James est un célèbre écrivain américain, naturalisé britannique, et ce portrait a été commandé pour célébrer le soixante-dixième anniversaire de l'auteur. Lorsque le portrait a été exposé à l'exposition de la Royal Academy en mai 1914, une suffragette nommée Mary Wood a coupé la toile trois fois avec un couperet à viande, frappant la zone autour de l'œil droit de James avant d'être appréhendée.

Pour plus d'informations : National Portrait Gallery - Henry James

Basil Fronsac - Comparaison.png

Les tapisseries du monde magique

Avant-propos

En plus des tableaux, les artistes des films ont également travaillé sur différentes tapisseries et fresques pour meubler les décors. Nous allons ici nous intéresser aux tapisseries. Évidemment, la plus connue des fans est la tapisserie « À Mon seul désir », extraite de la série La Dame à la licorne. En effet, l'équipe des films a assemblé les sept tapisseries de cette tenture pour former le décor de la salle commune de Gryffondor. Le département ayant en charge les décors ont choisi cette série pour « son aspect médiéval et la prédominance des couleurs de Gryffondor, le rouge et l'or. »[11] Cependant, d'autres tapisseries ont été utilisées et, comme pour les galeries d'art, Warner Bros. a pris contact avec le Metropolitan Museum of Art pour obtenir une autorisation afin de pouvoir répliquer la série de La Chasse à la licorne. C'est ce que Julie Zeftel, la responsable en chef des droits et des autorisations du MET, confirme en indiquant que « le chef [du] service de communication de l'époque […] a […] accordé [à Warner Bros.] l'autorisation d'utiliser les tapisseries de la Licorne. »[12] En plus de ces reproductions, l'équipe artistique s'inspire également de bouts de tapisseries pour créer la tapisserie de la famille Black où « les visages sont extraits des tapisseries du Devonshire qui se trouvent dans le V&A de Londres » selon Rohan Harris.[13]

Même s'il y a moins d'éléments, la classification des tapisseries suit le même modèle que la classification des tableaux. Dans le premier onglet, la tapisserie magique, dans le second, l'originale, et dans, le troisième, un comparatif. L'ordre est à nouveau chronologique en suivant la date de fabrication de l'originale. Ayant peu d'éléments à étudier, la tapisserie réalisée par Emily Gravett pour l'édition illustrée de Le Quidditch à travers les âges

figure également dans la liste.

xie siècle

Tapisserie décrivant une chasse au vivet doré à l'époque médiévale.jpg

Présente dans Le Quidditch à travers les âges

illustré par Emily Gravett, cette tapisserie date du xiie siècle et conservée au musée du Quidditch. Dans la première partie de la tapisserie, des chasseurs équipés de filets, de baguettes magiques ou de leurs simples mains essaient d'attraper un vivet doré. Une des scènes représentées montre que le vivet était souvent écrasé par le chasseur. Dans la dernière partie, le sorcier qui a réussi à capturer le vivet se voit remettre un sac d'or. L'inscription latine présente, « Hic ad venationem proficiscuntur. Hic avis interfecta est. Hic venator aurum accipit », pourrait se traduire par « Les voici qui partent à la chasse. Voici l'oiseau tué. Voici le chasseur qui reçoit l'or ».

Extrait de la tapisserie de Bayeux.jpg

La tapisserie d'origine est la tapisserie de Bayeux, aussi connue sous le nom de « tapisserie de la reine Mathilde », créée entre les années 1070 et les années 1080. Elle décrit des faits allant de la fin du règne du roi d'Angleterre Édouard le Confesseur en 1064 à la bataille d'Hastings en 1066. Cependant, près de la moitié des scènes relatent des épisodes antérieurs à la conquête normande de l'Angleterre. Elle a été commandée vraisemblablement par Odon de Bayeux. La totalité de la tapisserie mesure plus de 68 mètres.

Pour plus d'informations : Bayeux Museum - La tapisserie de Bayeux

Tapisserie de Bayeux - Comparaison.png

xve siècle

MinaLima Store - Black Family Tapestry.jpg

La tapisserie de la famille Black représente l'arbre généalogique de la Maison des Black. Elle a été créée au xiiie siècle et a probablement été fixée dans le 12, square Grimmaurd à l'aide d'un maléfice de Glu Perpétuelle. Les membres reniés de la famille sont effacés de la tapisserie, laissant un trou ressemblant à une brûlure de cigarette. Parmi les membres représentés, nous pouvons citer Walburga Black, Orion Black, Lycoris Black, Elladora Black, Callidora Black, Alphard Black, Cygnus Black II, Phineas Nigellus Black, Cygnus Black I et Dorea Black.

Icône de détail Article détaillé : Tapisserie de la famille Black

Les visages des membres représentés, dont ceux mentionnés, sont inspirés de la série de tapisserie Devonshire Hunting Tapestries, composée de quatre tapisseries. Tissées entre 1430 et 1450, ces quatre œuvres, Boar and Bear Hunt, Swan and Otter Hunt, Deer Hunt et Falconry, sont conservées au Victoria and Albert Museum, un musée national d'art situé à Londres. Probablement réalisées à Arras, elles ont été également exposées à Hardwick Hall, le manoir ayant inspiré le manoir des Malefoy.

Pour plus d'informations : Victoria and Albert Museum - The Devonshire Hunting Tapestries

xve siècle - xvie siècle

Salle sur Demande - HP72.png

Cette tapisserie est visible dans le film Harry Potter et les Reliques de la Mort : 2ème partie et est entreposée dans la Salle sur Demande lorsqu'elle prend l'apparence d'un immense entrepôt d'objets divers. Elle est visible derrière Harry, Ron et Hermione lorsqu'ils fuient le Feudeymon lancé par Gregory Goyle, qui est en réalité lancé par Vincent Crabbe dans les livres. La tapisserie est donc probablement détruite, brûlée, comme le reste des objets de la salle le 2 mai 1998 à cause de ce sortilège.

Icône de détail Article détaillé : Salle sur Demande

Les chasseurs entrent dans le bois.jpg

La tapisserie originale est la première de la série La Chasse à la licorne, Les chasseurs entrent dans le bois, tissée entre 1495 et 1505. Comme le reste de cette série, il s'agit d'un mille-fleurs, un style artistique caractérisé par un fond fait d'une multitude de petites plantes et de fleurs. Sur les cent-une espèces de plantes représentées, quatre-vingt-cinq ont été identifiées. Le monogramme « AE » apparait à cinq reprises sur cette œuvre. John Davison Rockefeller Junior en fait l'acquisition en France pour environ un million de dollars en 1922 et en fait don au Metropolitan Museum of Art en 1937. Elle est actuellement exposée à New York au musée des cloîtres, lequel rassemble les collections médiévales du Metropolitan Museum of Art.

Pour plus d'informations : MET Museum - The Hunters Enter the Woods (from the Unicorn Tapestries)

Tapisserie de la Salle sur Demande - Comparaison.png

Cette tapisserie est exposée dans la salle commune de Serpentard. Créée pour le film Harry Potter et la Chambre des Secrets, elle est visible lorsque Ron Weasley et Harry Potter s'y rendent, sous les traits de Vincent Crabbe et Gregory Goyle, pour interroger Drago Malefoy. Elle est également visible dans le jeu Harry Potter : Secret à Poudlard et dans le The Making of Harry Potter pour la célébration mettant à l'honneur la maison Serpentard avec l'exposition du décor de la salle commune.

Icône de détail Article détaillé : Salle commune de Serpentard

La tapisserie de la salle commune est un assemblage de plusieurs tapisseries de la série La Chasse à la licorne, une série de sept tapisseries réalisées entre 1495 et 1505. Ces sept scènes représentent une chasse à courre visant une licorne. Elles sont aujourd'hui visibles dans le département du Metropolitan Museum of Art, The Cloisters. Les trois tapisseries de cette série qui composent celle de la salle commune sont La licorne est assaillie, La licorne se défend et La licorne est servie et conduite au château. D'autres tapisseries du monde magique sont inspirées de cette série.

Pour plus d'informations : MET Museum - The Hunters Return to the Castle, The Unicorn Crosses a Stream, The Unicorn Defends Himself (from the Unicorn Tapestries)

Chambre de Dumbledore.jpg

Cette tapisserie est accrochée dans une pièce annexe au bureau du directeur de Poudlard, située derrière le bureau. Cette pièce sert de chambre au directeur de Poudlard et est peu visible dans les films Harry Potter mais peut être visité dans les bonus du DVD du film Harry Potter et la Chambre des Secrets. Cette tapisserie est visible dans le reportage Harry Potter: Behind the Magic, présenté par Ben Shephard et diffusé en 2005 sur ITV, qui explore les coulisses du film Harry Potter et la Coupe de Feu.

Icône de détail Article détaillé : Bureau du directeur de Poudlard

La licorne est débusquée.jpg

Cette tapisserie est également inspirée d'une des tapisserie de la série du La Chasse à la licorne, composée de sept scènes représentant une chasse à la licorne. Il s'agit de la tapisserie La licorne est débusquée, la seconde de la série. Cette œuvre est exposée à Manhattan, dans le musée The Cloisters, et date des années 1495–1505. Ces tapisseries ont été probablement commandées par la reine de France Anne de Bretagne et ont été tissées par les ateliers de Bruxelles ou ceux de Liège.

Pour plus d'informations : MET Museum - The Unicorn Purifies Water (from the Unicorn Tapestries)

La licorne est débusquée - Comparaison.png

Tapisserie de la Salle sur Demande.jpg

Cette tapisserie apparait dans le film Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé et représente l'entrée de la Salle sur Demande. Cette œuvre est donc exposée au septième étage du château de Poudlard. Drago Malefoy se positionne notamment face à cette tapisserie avant de rentrer dans la Salle sur Demande, comme Harry Potter et Ginny Weasley. Une version modifiée de la tapisserie, conservant uniquement la figure de la licorne captive, est accrochée dans le parc The Wizarding World of Harry Potter.

La tapisserie de la Salle sur Demande est composée et est inspirée de trois tapisseries de La Chasse à la licorne, une série de sept tapisseries tissées entre 1495 et 1505. Les tapisseries dont sont extraites les figures représentées sont Les chasseurs entrent dans le bois, la première de la série, La licorne se défend et La licorne est retenue en captivité et n'est plus morte, la dernière. La version modifiée de The Wizarding World of Harry Potter est uniquement inspirée de La licorne est retenue en captivité et n'est plus morte.

Pour plus d'informations : MET Museum - The Unicorn Rests in a Garden, The Hunters Enter the Woods, The Unicorn Defends Himself (from the Unicorn Tapestries)

Couloir tapissé - HP3.png

Ce couloir tapissé est visible dans le film Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban. Harry Potter s'y rend la nuit pour y retrouver Peter Pettigrow qu'il a vu sur la carte du Maraudeur. Il dérange les portraits exposés dans ce couloir à cause de son sortilège d'Allumage de baguette. Harry est surpris par Severus Rogue puis est rejoint par Remus Lupin qui prend la défense du jeune Potter. La tapisserie recouvre les deux côtés du couloir et est dissimulée en partie par les nombreux tableaux accrochés.

La licorne est assaillie.jpg

Une des tapisseries utilisées pour ce couloir tapissé est La licorne est assaillie, une des tapisseries de la série La Chasse à la licorne. La scène représentée est chaotique et la férocité de la bataille opposant la licorne aux chasseurs est soulignée par les lances convergentes dirigées vers l'animal et les chiens de chasse menaçants. Déjà blessée au dos, la licorne saute au-dessus d'un ruisseau dans une tentative désespérée d'échapper à ses ennemis. L'utilisation de chiens pour repérer, chasser et finalement attaquer la cible de la chasse était une pratique courante des chasses médiévales. Tissée entre 1495 et 1505, elle est maintenant conservée au musée The Cloisters.

Pour plus d'informations : MET Museum The Unicorn Crosses a Stream (from the Unicorn Tapestries)

Couloir tapissé HP3 - Comparaison.png

Ce couloir tapissé apparait dans le film Harry Potter et la Coupe de Feu et, comme le couloir tapissé de Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, accueille de nombreux portraits dont celui de Seraphina Bones et celui de Fytherley Undercliffe. Une réserve de potions est accessible depuis ce couloir et c'est dans ce lieu que Harry Potter surprend Igor Karkaroff montrer sa Marque des Ténèbres à Severus Rogue. Le professeur Rogue en profite pour menacer Harry, qu'il suspecte de lui avoir volé des ingrédients, à l'aide du Veritaserum.

Parmi les tapisseries qui constituent le décor de ce couloir, nous pouvons citer La licorne est assaillie et La licorne est servie et conduite au château, deux tapisseries, encore une fois, de la série La Chasse à la licorne et tissées entre 1495 et 1505. Dans La licorne est servie et conduite au château, deux épisodes de la chasse sont représentés. À gauche, deux chasseurs enfoncent leurs lances dans le cou et la poitrine de la licorne, tandis qu'un troisième livre le coup de grâce. Dans l'autre épisode, à droite, deux nobles reçoivent le corps de la licorne devant leur château. Ils sont entourés de courtisans et de curieux. L'animal mort est suspendu sur le dos d'un cheval, sa corne est déjà coupée.

Pour plus d'informations : MET Museum - The Unicorn Crosses a Stream, The Hunters Enter the Woods, The Unicorn Defends Himself (from the Unicorn Tapestries)

La tapisserie de la salle commune de Gryffondor apparait dans les six premiers films de la saga Harry Potter, dans certains jeux comme Harry Potter : Secret à Poudlard, Harry Potter et l'Ordre du Phénix et Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé et dans de nombreuses autres lieux dont The Making of Harry Potter. Cette tapisserie partage sa couleur rouge prédominante avec les couleurs de la maison Gryffondor et est composée de plusieurs scènes qui recouvrent l'intégralité du mur de la salle commune, faisant tout le tour de la pièce.

Icône de détail Article détaillé : Salle commune de Gryffondor

L'œuvre originale est la tenture de La Dame à la licorne, une composition de six tapisseries tissées entre 1484 et 1538. Cinq des six tapisseries représentent les cinq sens, symbolisés par l'occupation à laquelle se livre la Dame. Les cinq premières tapisseries sont donc Le Toucher, Le Goût, L'Odorat, L'Ouïe et La Vue. Sur la sixième tapisserie, celle du sixième sens, l'inscription « À Mon seul désir » est visible. Le commanditaire de cette œuvre est Antoine Le Viste, un juriste français. Elle est conservée au musée national du Moyen Âge, le musée de Cluny, à Paris. Les six tapisseries ont servis à l'équipe des films pour recréer la salle commune de Gryffondor.

Pour plus d'informations : Musée de Cluny - La Dame à la licorne

Et autres…

Pour aller plus loin, nous pouvons rapidement nous pencher sur d'autres arts. Les artistes se sont inspirés de vraies tapisseries et de vrais tableaux pour créer celles et ceux du Wizarding World mais, en réalité, les sculptures, les graphismes, l'architecture, les objets, les photographies, les documents et tous ces éléments, à première vue magiques, ont été inspirés par des travaux déjà existants.

Concept art de La Magie est puissance (Andrew Williamson) et son inspiration.

La sculpture notamment est très présente dans la saga cinématographique. Des statues emblématiques sont présentes tout au long de la saga Harry Potter. On peut notamment penser à la statue de Gunhilda de Gorsemoor, celle de Boris le Hagard, l'immense visage de Salazar Serpentard dans la Chambre des Secrets, la statue des Potter à Godric's Hollow ou encore la fontaine de la Fraternité magique. Certaines de ces statues ont été conçues pour les adaptations cinématographiques et leur élaboration est tout d'abord confiée aux artistes conceptuels. Par exemple le monument La Magie est puissance, qui domine l'atrium du ministère de la Magie dans Harry Potter et les Reliques de la Mort : 1ère partie, a été conceptualisé avant d'être créé. Parmi les dessins conceptuels, on peut relever celui d'Andrew Williamson. On peut clairement y voir une référence à L'Ouvrier et la Kolkhozienne, une sculpture réalisée par l'artiste russe Vera Ignatievna Moukhina en 1937. Ce monument est composé d'une femme et d'un homme, brandissant les symboles du communisme, la faucille et le marteau. Cette sculpture monumentale a été construite spécialement pour l'Exposition universelle de 1937 à Paris et se trouve actuellement à Moscou. Même si ce n'est finalement pas la version qui a été conservée pour représenter ce monument, l'équipe cinématographique ayant finalement opté pour une sculpture mettant plus en avant la répression et la terreur, cet exemple montre bien que l'inspiration d'éléments réels peut également venir de l'artiste conceptuel et pas uniquement des chefs de départements.

Statue de sanglier et son inspiration.

Parmi les autres sculptures de la saga, on peut citer la statue de sanglier visible en bas des escaliers dans le flashback de Tom Jedusor dans le film Harry Potter et la Chambre des Secrets. Cette même statue se retrouve entreposée dans la Salle sur Demande dans le dernier film, Harry Potter et les Reliques de la Mort : 2ème partie, et a probablement été détruite dans l'incendie provoqué par le Feudeymon. Cette statue est en réalité une reproduction de la Fontana del Porcellino, aussi appelée Il Porcellino, une fontaine représentant un sanglier, réalisée en bronze par Pietro Tacca aux alentours de 1633 d'après une copie italienne de marbre d'un exemplaire hellénistique. Il existe de nombreuses copies de cette statue à travers le monde et l'originale est exposée au musée des Offices de Vienne.

Statue de la Place Cachée et son inspiration.

Pour finir sur la sculpture, nous pouvons mentionner la dernière en date, qui apparait dans le film Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald. Il s'agit de la statue magique qui dissimule l'entrée de la Place Cachée, la rue commerciale magique de Paris. À l'approche d'un sorcier, la statue s'anime et découvre un passage magique au niveau de son socle. En réalité, cette œuvre est inspirée de la Pythie de Marcello, le pseudonyme d'Adèle d'Affry, une artiste peintre, graveuse et sculptrice suisse du xixe siècle. Créée en 1870, c'est cette sculpture représentant l'oracle de Delphes que Charles Garnier retient pour orner son opéra, le palais Garnier. Les artistes des films ne s'inspirent donc pas uniquement de véritables œuvres pour la création de portraits ou de tapisserie mais exploitent également d'autres domaines comme la sculpture. Comme pour la peinture, ces statues donnent une impression de réalisme, un sens du détail qui permet au spectateur de se représenter ce monde qu'il s'imagine matériel.

Création d'un décor des Animaux fantastiques.

Plus ou moins liée à la sculpture, l'architecture est un autre art développé dans la production des sagas cinématographiques Harry Potter et Les Animaux fantastiques. En effet, des artistes et des membres du département dédié aux décors doivent s'allier à certaines occasions pour construire de nouveaux lieux et décors. Certains lieux créés sont purement fictifs et d'autre, lorsqu'il s'agit de scènes dans le monde moldu, sont directement repris comme le Woolworth Building à New York. Cependant, lors de la création de certains bâtiments, l'équipe des films peut s'inspirer discrètement de certaines œuvres architecturales déjà existantes. Lors de la création d'un lieu lié au MACUSA par exemple, Bryn Court, un sculpteur travaillant sur le film Les Animaux fantastiques, se base sur des photographies d'éléments architecturaux déjà existants. Sur cette photo de l'atelier, on voit clairement sur la gauche des photographies prises de véritables bâtiments et les sculpteurs reproduisent certains éléments comme, ici, la tête de l'indien.

Gargouille de la cour pavée et son inspiration.

Pour illustrer cette inspiration du côté architectural, nous pouvons citer les nombreuses gargouilles qui ornent la cour de l'entrée et la cour pavée dans les films Harry Potter et dans certaines adaptations vidéoludiques. Ces ornements sont bien évidemment inspirés des gargouilles de Notre-Dame de Paris, les gargouilles médiévales qui ornent les gouttières de la cathédrale Notre-Dame. Ces gargouilles ont d'ailleurs droit à des clins d'œil explicites dans le film Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald avec le journal français, Le Cri de la Gargouille, qui informe ses lecteurs qu'une des gargouilles de Notre-Dame s'est retrouvée impliquée dans une bagarre. L'inspiration artistique se retrouve donc, après la peinture, les tapisseries et la sculpture, dans l'architecture de certains bâtiments. Encore plus récemment, on peut citer le ministère des Affaires magiques qui s'inspire directement du toit du Grand Palais de Paris.

Chaise d'Albus Dumbledore et son inspiration.

L'inspiration d'œuvres d'art réelles peut être également perçue dans les accessoires ou les mobiliers créés pour la saga cinématographique. Nous pouvons par exemple mentionner la chaise, presque le trône, du directeur de Poudlard dans la Grande Salle. Cette chaise semble être inspirée de la King Edward's Chair, aussi appelée Coronation Chair, le trône servant lors du couronnement des souverains d'Angleterre, puis du Royaume-Uni, depuis 1308. Commandé par le roi Édouard Ier en 1307, ce trône était destiné à contenir la pierre du destin, rapportée d'Écosse comme butin de guerre. Elle est actuellement entreposée dans la chapelle Édouard le Confesseur de l'abbaye de Westminster. La forme et les motifs de la chaise d'Albus Dumbledore rappelle aisément les caractéristiques de la chaise du roi Édouard.

Jeu d'échecs version sorcier et son inspiration.

Objet moins volumineux mais tout aussi intéressant, le jeu d'échecs version sorcier, visible dans Harry Potter à l'école des sorciers, est inspiré des figurines de Lewis, des pièces du jeu d'échecs datant du XIIe siècle. Gravées dans de l'ivoire de morse ou faites pour certaines à partir de dents de baleine, ces pièces ont été découvertes en 1831 et sont maintenant conservées au British Museum. Cette version du jeu d'échecs version sorcier est donc visible dans le premier film mais également dans le tableau de la salle commune de Gryffondor où des sorciers font une partie d'échecs. Certains accessoires et mobiliers sont donc également inspirés de véritables pièces historiques.

Illustration d'un loup-garou et son inspiration.

D'une manière plus générale, la grande majorité des éléments créés pour l'écran sont inspirés d'œuvres déjà existantes. Certaines de ces inspirations sont réalisées pour le plaisir des spectateurs, une sorte de clin d'œil qui flatte le spectateur attentif. Pour illustrer ce propos, on peut citer l'Homme de Vitruve de Léonard de Vinci qui a été modifié afin d'en créer une version magique qui représente un loup-garou. Ce dessin est visible quelques instants à l'écran lors du cours de Severus Rogue dans Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban mais ces quelques secondes suffisent aux spectateurs pour reconnaitre cette œuvre mondialement connue des proportions idéales et parfaites du corps humain. Cependant, certaines inspirations sont beaucoup plus discrètes et relèvent plus de l'anecdote ou d'une inspiration personnelle de l'artiste, ne cherchant pas à montrer telle quelle cette inspiration. Alors que le design du « loup-garou de Vitruve » est conçu pour faire écho à la culture artistique et scientifique des spectateurs, d'autres inspirations restent beaucoup plus personnelles et uniquement fonctionnelles.

Loony Nonby v.s. Cornish Pixie et son inspiration.

C'est le cas notamment de la bande dessinée Loony Nonby v.s. Cornish Pixie créé par l'artiste Cyrille Nomberg pour le film Harry Potter et la Chambre des Secrets. Il affirme en effet avoir été « inspiré par Akira »[14], un manga. En effet, le style est extrêmement similaire mais nous nous éloignons des inspirations historiques pour nous pencher vers une inspiration plus populaire et personnelle. L'objectif n'était pas que le spectateur reconnaisse l'inspiration comme c'est le cas avec l'Homme de Vitruve. Cyrille Nomberg confie également que « les personnages de cette fausse bande dessinée sont des membres de l'équipe de production. »[15] Nous avons donc affaire à des caméos extrêmement discrets et non perceptibles pour ceux qui ne sont pas concernés. Il ne s'agit donc pas dans ces cas là d'un jeu avec le public et sa culture, son sens de la recherche, mais d'un plaisir de l'inspiration et du caméo personnel.

When Broadway Sleeps et son inspiration.

Paradoxalement, ce genre de caméos discrets et peu perceptibles peuvent également avoir vocation à être trouvés. Les experts dans le domaine sont bien évidemment les talentueux Eduardo Lima et Miraphora Mina qui se sont amusés à camoufler des centaines de caméos à travers les accessoires et les designs créés pour la saga cinématographique. Allant du simple fait de faire apparaitre leurs visages sur des produits d'un magasin magique jusqu'au fait de dissimuler des acrostiches des prénoms de membres de leurs familles dans les journaux magiques, MinaLima Design sait que certains de leurs fans se plaisent à décortiquer leurs créations pour y retrouver les caméos et les inspirations. Dans ce cas, il y a bien un jeu avec les spectateurs et c'est probablement ce sens du détail qui contribue à l'engouement autour d'eux. En plus de leurs innombrables caméos, ils s'inspirent également de nombreux visuels et travaux déjà existants. Par exemple, pour l'affiche de When Broadway Sleeps, créée pour Les Animaux fantastiques, ils réutilisent un design de leur propre création qui apparait dans le livre A Compendium of Collective Nouns réalisé par Woop Studios.

L'Enfant Démoniaque et son inspiration.

Ils s'inspirent donc de leurs propres créations, mais également de vieux livres, de vieilles publicités, d'anciens designs et de tous ce qui peut donner une identité visuelle. Sur une affiche du Cirque Arcanus, conçue pour le premier film de la nouvelle saga, le cirque présente une de leur attraction : l'Enfant Démoniaque. La représentation de cet enfant-créature est en fait directement inspirée d'une photographie de Grady Stiles, un artiste atteint d'ectrodactylie. Le positionnement des bras et des jambes de l'enfant sont identiques et cela montre qu'il peut y avoir également une inspiration du côté de l'art photographique pour les créations des visuels des sagas cinématographiques du Wizarding World.

Photographie de la lande de Bodmin et son inspiration.

Nous pouvons d'ailleurs terminer cette digression sur l'inspiration liée aux autres arts que la peinture et la tapisserie en nous penchant sur la photographie et en nous éloignant des films Harry Potter et Les Animaux fantastiques pour s'arrêter sur un exemple tiré du livre Le Quidditch à travers les âges

d'Emily Gravett. Dans cette ouvrage, l'artiste propose une illustration de la lande de Bodmin en indiquant qu'il s'agit d'une « carte postale de la lande de Bodmin ». En réalité, cette image est inspirée d'une photographie des années 1900 de George W. F. Ellis. Cette photographie du Jubilee Rock fait actuellement partie de la Mac Waters Collection. Comme pour l'élaboration des portraits, mais près de 20 ans après, Emily Gravett est partie d'une œuvre bien réelle mais l'a modifié pour la rendre plus magique en modifiant la gravure de la pierre, en colorisant l'image et en rajoutant des créatures qui s'amusent avec le Vif d'or.

Conclusion

Pour conclure, nous pouvons saluer l'immense diversité des inspirations picturales de l'équipe des films ayant travaillé sur l'élaboration de ces portraits ou tableaux magiques. Les œuvres originales s'étalent du xve siècle au xxe siècle et leur provenance balaie plusieurs continents, englobants des tableaux provenant des États-Unis, d'Angleterre, de France, d'Italie ou encore de Russie. La diversité des œuvres s'exprime également au niveau de leur célébrité. Certaines toiles originales sont mondialement connues alors que d'autres sont très peu documentées et appartiennent à des collections privées. Comme l'explique Rohan Harris, « ce ne sont pas toujours des peintures bien connues ou archivées ».[16]

Remerciements

Je tiens à remercier pour cet article les membres actifs du Wiki Harry Potter qui ont dû supporter mes exclamations de joie à chaque nouvelle trouvaille, en particulier Shinra qui m'a en plus apporté quelques clés. Merci à UHP qui m'a donné l'idée de me pencher sur ce dossier. Merci aux artistes qui m'ont répondu et qui m'ont donné de précieuses informations dont Thomasina Smith, Sally Dray et surtout Rohan Harris qui a même su retrouver le tableau d'origine d'un portrait magique qu'il a peint à l'époque. Merci également à Pierre Bohanna de m'avoir répondu. Merci à toutes les galeries qui ont tenté de retrouver des informations sur d'éventuelles demandes de permissions, sans succès, à savoir le musée des Offices de Florence, Irene et Laura de la National Galleries of Scotland, Ilse du musée d'Histoire de l'art de Vienne, Amy de la Tate Modern et de la Tate Britain, Isabelle du musée de Cluny et le personnel de la Rmngp. Je tiens également à remercier Julie du Metropolitan Museum of Art de New York de m'avoir confirmé quelques informations quant aux autorisations accordées à Warner Bros. Et, pour finir, un immense merci à Paul Cox, membre de la National Portrait Gallery, pour m'avoir partagé son expérience et transmis de nombreuses informations sur la procédure mise en place à l'époque et à un second membre de la National Portrait Gallery pour avoir réussi à identifier quelques tableaux qu'il me manquait.

Notes et références

  1. Traduction approximative :  Angl.  […] all the paintings were based on original works that then were altered to have a more wizardry feel. ) - Rohan Harris - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 24 novembre 2019
  2. Traduction approximative :  Angl.  We did not charge any formal permission or reproduction fee for the use of the Gallery's portraits in the films, as they were used as 'artistic inspiration' rather than being reproduced in their original form. ) - Paul Cox - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 10 mars 2021
  3. Traduction approximative :  Angl.  […] arrangement with the Harry Potter filmmakers […] ) - Paul Cox - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 10 mars 2021
  4. Traduction approximative :  Angl.  […] the portrait gallery gave us permission to paint from certain works. ) - Thomasina Smith - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 28 décembre 2020
  5. Traduction approximative :  Angl.  […] no written records exist at the Gallery. ) - Paul Cox - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 10 mars 2021
  6.  Angl.  The film company invited me and a colleague to the Cast and Crew screening of the film […] ) - Paul Cox - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 10 mars 2021
  7. Pottermore : Les portraits de Poudlard
  8. Traduction approximative :  Angl.  […] I think there were fewer that were done directly from actors in the film than those based on existing paintings. ) - Sally Dray - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 28 novembre 2019
  9.  Angl.  […] from memory the face was of someone in the art department. ) - Rohan Harris - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 24 novembre 2019
  10.  Angl.  Hanging on the walls of the Hogwarts castle were nearly 350 enchanted portraits honouring centuries-old wizards and witches. ) - The Making of Harry Potter
  11. Traduction approximative :  Angl.  The Set Decoration Departement chose these tapestries for their medieval look and prominent use of Gryffindor colours — scalet and gold. ) - The Making of Harry Potter
  12. Traduction approximative :  Angl.  The head of our Communications Department at that time also granted permission for them to make use of the Unicorn tapestries. ) - Julie Zeftel - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 25 mars 2021
  13. Traduction approximative :  Angl.  All the faces in that were taken from the Devonshire tapestries that are in the V&A in London. ) - Rohan Harris - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 24 novembre 2019
  14. Traduction approximative :  Angl.  I was inspired by 'Akira'. ) - Cyrille Nomberg
  15. Traduction approximative :  Angl.  The characters of this fake comic strip are crew members. ) - Cyrille Nomberg
  16. Traduction approximative :  Angl.  […] they are not always the well known or recorded paintings […] ) - Rohan Harris - Propos recueillis pour le Wiki Harry Potter le 24 novembre 2019
* DIVULGATION : Certains des liens ci-dessus sont des liens d'affiliation, ce qui signifie que, sans frais supplémentaires pour vous, Fandom percevra une commission si vous cliquez et effectuez un achat.Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.